blablabla
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:27

Tonight the wall is coming down
« L. Catalina Meery & Kathleen Harper »




Je n'aimais pas ça. Vraiment, vraiment vraiment pas du tout. Sans Fin, je me sentais vulnérable. J'avais besoin de me retourner toutes les deux minutes pour vérifier que je n'étais pas suivie. J'avais tellement peur, je voyais déjà un tribut, ou une affreuse créature me sauter dessus et m'égorger, me tirer dans le dos, m'attaquer sournoisement... Et le pire c'est qu'en plus d'être morte de peur, j'étais inquiète pour Finley. Je n'aimais pas que nous soyons séparés. Mais il avait raison. Je n'avais pas un mauvais sens de l'orientation, donc nous n'aurions aucun problème à nous retrouver au point de rendez vous. Et nous avions besoin de trouver de l'eau. Séparés, nous couvrions deux fois plus de terrain. Deux fois plus de chance de ne pas mourir de soif. J'avais vu les fontaine autour de la corne d'abondance, et j'avais peur. Était-ce le seul point d'eau de toute l'arène ? Si c'était le cas nous étions fichus. Nous ne faisions pas le cas face à huit carrières, je le savais parfaitement. J'essayai d'effacer ça de mes pensées. J'allais trouver de l'eau, point.

Au bout de moins d'une heure de marche rapide, j'entendis un bruit. Un espèce de... Grognement ? Bruit de gorge ? Impossible à identifier. Je resserrai la main sur mon couteau, avant de me coller dos à un arbre. Le grognement venait de la gauche, je mis toute ma concentration à détailler le paysages, les arbres autour de moi. Le bruit disparu. J'attendis quelques minutes avant de me remettre à progresser lentement. Enfin avant d'essayer, je n'avais pas fait trois pas que je fus poussée en avant, de la façon la plus violente qui soit. J'avais l'impression qu'une pierre s'était écrasée dans le milieu de mon dos, que... Je ne sais pas. Je me retrouvai face contre terre, le souffle coupé, et le grognement se fit de nouveau entendre. Dieu merci mes réflexes n'étaient plus si mauvais, je me roulai rapidement sur la droite évitant ainsi un nouveau coup de … Sabot ? Un coup qui m'aurait broyé la tête. Le couteau avait roulé de mes doigts, quelques mètres plus loin, je me relevai avant de me retrouver face à une créature comme je n'en avais jamais vu. Un corps de ce que l'on appelai il me semble un cheval, et un buste humain. Sauf les yeux... Deux pupilles rouges me dévisageait. Mon dos me brulait, et je sentis que je saignais du nez. Je n'avais l'air d'avoir rien de cassé. Pouvait-il seulement parler ? Dieu merci il avait l'air seul. Pas besoin d'un moment d'hésitation de plus, je me mis a courir, me baisant rapidement pour ramasser le couteau, avant de continuer à courir. J'étais loin d'être au mieux de ma forme, ça c'est sur. Mais je courrai le plus vite possible, comme si l'envie de survivre était plus forte que les lois de la nature. Mais en deux foulées (foulées ?) la chose était sur moi. A deux mètres de moi. Serrant mon couteau le plus fort possible, et me concentrant moins d'une seconde pour viser je le lançai. Deux mètres c'était peu, je pouvais toucher ma cible à cette distance là. Le poignard se ficha entre les deux yeux de la créature. Quelques pas et elle s'effondra. Je reculai et tendis l'oreille. J'attendis deux minutes. Elle était seule apparemment. Une fois certaine que la créature était morte, je m'approchai, avant de ramasser mon couteau, et de l'essuyer sur l'écorce d'un arbre. J'essuyai d'un revers de la main le sang qui coulait de mon nez. Pour mon dos, je ne pouvais rien faire, je demanderais à Fin de regarder. J'avais réellement mal, mais rien ne me semblait cassé. Je ramassai mon sac à dos, qui avait glissé pendant ma chute avant de l'ouvrir. Rien n'avait l'air cassé. Pas étonnant, il ne m'avait pas non plus protégé d'ailleurs du coup de sabot, puisque la créature avait visé plus bas dans mon dos, là où elle était sure de me toucher. Etait-elle intelligente d'une certaine façon ?

Bon je n'étais pas tellement pressée de rester là, donc je me remis en route rapidement, plus à l'affut cette fois ci. Je marchai un quart d'heure encore avant de l'apercevoir. Je n'en cru pas mes yeux. Il ne faisait qu'un mètre de large, mais c'en était un ! C'était un petit ruisseau, je m'approchai en courant avant de plonger mes mains dedans pour les porter à mes lèvre. Ma première gorgée d'eau avait un goût de sang, c'est pourquoi je plongeai à nouveau mes mains dans l'eau pour me rincer le visage. Le saignement semblait avoir cessé. Je replongeai à nouveau mes mains pour boire. Je bus jusqu'à ne plus pouvoir avaler une goutte d'eau. J'avais tellement soif. Mon attention était redescendue. Si bien que je n'entendis pas le tribut carrière du 4 s'approcher doucement de moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:32

« La nuit avait été pour ainsi dire très courte. Entre les tours de garde, et le froid auquel nous avions du faire face, je n'avais du dormir que deux ou trois heures maximum. Dès l'aube, nous avions fait un petit déjeuner pour le moins frugal, puis sans nous attarder nous avions reprit la route. Le moins que l'on puisse dire, était que le début de matinée se passa sans encombre... Enfin, jusqu'à ce que, une fois de retour dans le labyrinthe, Genesis et moi nous somme fait attaquées par cet énorme chien noir. Par sa faute, nous avions été forcées de nous séparer à une intersection du labyrinthe, sans quoi, l'une d'entre nous au moins se serrait fait bouffée. J'avais couru pendant de nombreuses minutes, mettant ainsi le plus de distance possible entre moi et ce monstre. En fait, je ne m'arrêtais qu'une fois que ses grognements ne me parvenaient plus aux oreilles. Je regardais autour de moi, et lâchait un grognement de désapprobation et de mécontentement en réalisant enfin que j'étais de nouveau seule. Intérieurement, j'adressais un encouragement sincère à ma camarade Genesis, puis continuais ma route en marchant. Les sens en éveil, l'arme au poing, je me tenais prête à agir à la moindre alerte. Je marchais depuis quelques minutes déjà, quand j'arrivais à une nouvelle sortie. Je me demandais si c'était encore la montagne de l'autre côté ? Sauf que je déchantais rapidement en arrivant à l'entrée d'une forêt luxuriante, et à l'air tellement plus accueillante que cette montagne dans laquelle nous avions passé la nuit. Je lâchais un soupir exaspéré, puis décidait de tenter un peu d'exploration dans le coin. Ici, je me sentais presque comme chez moi. Par terre, je pouvais bien évidemment voir des traces d'animaux, lapins, renards... Traces humaines également, ainsi que... des sabots de chevaux ? Etrange, on ne s'attendait pas vraiment à trouver de tels animaux dans les environs. Avec prudence, je suivis les traces humaines, histoire de voir de qui il pouvait s'agir. En tout cas, il était seul. Ou elle, assez difficile à dire. Pendant environ une demi heure, je remontais la piste dans cette forêt, pour finalement apercevoir une silhouette un peu plus loin devant moi. Avec précaution, je me planquais derrière un tronc d'arbre, pour mieux pouvoir l'observer. Une sorte de sourire de satisfaction apparu sur mon visage lorsque je vis son équipement. L'arbalète ! J'étais pourtant sûre que c'était quelqu'un d'autre qui l'avait récupérée. M'enfin, peu m'importait, c’était le moment ou jamais de récupérer mon arme fétiche ! Sans bruit, je me rapprochais de plus en plus de ma cible, qui semblait réellement concentré sur quelque chose. Il traquait du gibier ? Je fronçais les sourcils. Il pensait réellement arriver à abattre un animal sauvage en étant aussi peu précautionneux ? C'est alors que je remarquais cette fille un peu plus loin, accroupie devant ce qui semblait être un ruisseau. Super ! Voilà exactement ce qu'il me fallait, de l'eau ! Intérieurement, je remerciais la providence qui semblait se montrer particulièrement clémente avec moi en cette seconde matinée dans l'arène. Certes, j'avais perdu de vue mon alliée, mais en contre partie, j'allais retrouver sous peu mon arbalète, ainsi qu'un point d'eau. En fait, ce qui me paraissait le plus étrange, c'était le fait que ce carrière ne se déplace seul. Ses copains avaient du l'envoyer en reconnaissance ou je ne savais trop quoi. En tout cas, cela m'arrangeait bien.

J'arrivais à quelques mètres de lui, et il était toujours focalisé sur cette fille qui ne l'avait pas remarqué. Je le vis alors lever l'arbalète dans sa direction, prêt à l'abattre sans sommation, et dans le dos. Rien que le fait qu'il agisse comme ça, ça me mit les nerfs en pelote. Avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit à cette pauvre fille, je m'élançais en courant vers lui, poignard à la main. Il se retourna au dernier moment, et dévia mon coup qui lui entailla le bras avant qu'il ne lâche l’arbalète. Merde. Il me regarda avec mépris, un sourire mesquin accroché au visage tandis qu'il me fonçait dessus comme un fou. Merde merde merde ! J'aurai mieux fait de tenter de l'avoir comme une fourbe moi aussi ! Avant que je ne puisse m'écarter, il me poussa violemment contre un tronc d'arbre, avant de coller son bras sous ma gorge me soulevant de quelques centimètres du sol, essayant ainsi de m'étouffer. Sous la puissance du choc, j'avais lâché mon couteau, et la seule parade efficace que je trouvais, fut de lui envoyer mon poing dans le nez, provoquant un craquement sinistre à l'impact. Le carrière se recula de quelques pas, mais revint rapidement à la charge, en essayant de m'assommer à coup de poing. Malheureusement pour lui, il visa assez mal et j'eus le temps de me baisser pour que sa main aille s'écraser sur le tronc d'arbre. En attendant, je ramassais mon couteau, lui plantais dans le pied, et lui bondis dessus, le faisant tomber avec moi. Son cri me déchira les tympans alors que je me redressais déjà, arme à la main pour finalement lui faire une profonde entaille le long de l'abdomen. Avec cette blessure, je pouvais prendre ses organes à mains nues si je le souhaitais, mais bon... C'était pas vraiment mon kiffe en fait. Je m'éloignais ensuite de quelques mètres, le laissant agoniser. Ces types ne méritaient aucune pitié. Je le regardais mourir avec une grimace de dégoût accrochée au visage. Le type du quatre fut prit de convulsions, cracha du sang et lâcha un dernier râle avant de s'éteindre. Un coup de canon retentit alors. Pour la deuxième fois, j'avais tué. Cependant, pour ce type qui se vantait souvent à l’entraînement, je ne ressentait aucune culpabilité, contrairement à ce que j'avais fait à cette pauvre gamine du cinq. Rapidement, je récupérais ce que je pu sur son cadavre, à savoir une simple bouteille d'eau, ainsi que le carquois contenant plusieurs carreaux, pour ensuite me diriger vers l'arbalète qui gisait toujours par terre. Pour une raison que j'ignorais, la fille du six n'avait toujours pas bougé. Peut-être attendait-elle de me sauter dessus à son tour ? Je la fixais durement un instant, avant de finalement m'approcher, plus intéressée par le point d'eau que par sa vie. Cependant, je restais sur mes gardes. Posant mes petites affaires, je retirais le bandage autour de ma main, contemplant quelques secondes la plaie qui entravait ma main. Avec soulagement, je la plongeais dans l'eau, et commençait à la nettoyer précautionneusement. Pendant ce temps, je jetais un regard à la brunette en face de moi. Je me souvenais d'elle, elle traînait avec un grand brun même pas de son district, et je supposais qu'il ne devait pas être loin. « Tu ferais mieux de rejoindre ton ami avant que ses copains ne viennent voir pourquoi il ne revient pas. » dis-je simplement en entourant ma main blessée avec l'ancien bandage nettoyé au mieux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:32

Un cri masculin, et des bruits de lutte me tirèrent de mes pensées et me firent me retourner violemment. Cela venait de derrière moi, et c'était humain, je le savais, cela n'avait rien à voir avec les grognements qu'avaient poussé la mutation génétique. J'avais saisi et serré le plus fort possible mon couteau que j'avais jusque là laissé reposer à côté de moi. Le type était un carrière, et je le vis projeter la fille contre un arbre, avant de tenter de l'étrangler. J'étais incapable de bouger. Je ne comprenais pas vraiment ce qui c'était passé. J'aurais voulu venir en aide à la fille, je ne savais pas pourquoi, mais je savais qu'elle venait du 9, et que le type n'était qu'un sale carrière, ça me suffisait. Seulement si je lançai mon couteau j'avais peur de manquer ma cible et d'atteindre la pauvre tribut du 9. Et je ne voulais pas me rendre responsable de sa mort, ni faire le boulot du carrière à sa place. Je m'étais redressée, la couteau à la main prête à le lancer à la moindre occasion. J'étais terrifiée, une fois qu'il en aurait finit avec elle, ce type se jetterai sur mon sans aucune hésitation. Et il devait facilement atteindre 30 ou 40 kilos de plus que moi. Il avait également une arbalète, même s'il l'avait lâché provisoirement. Le combat se déroulait au ralenti pour mes yeux, mais pourtant je ne trouvais pas l'occasion d'aider la fille. Peut être que j'étais moi même trop en état de choc pour faire quoi que ce soit. Quoi qu'il en soit la fille réussit à renverser le combat à son avantage. Elle écrasa son poing dans la figure du carrière, avant de lui planter son couteau dans le pied puis dans le ventre. Je retins un cri d'horreur. C'était la première mort que je voyais d'aussi près, en direct. La corne d'abondance ne comptais pas, là ça paraissait tellement plus réel... La couteau toujours serré dans la main (avec ce que je venais de voir de la fille du 9 j'étais pas pour autant rassurée) je le regardai, secoué par les convulsion, et lâchant un dernier râle avant qu'un coup de canon soit tiré. C'était fini. Un de moins. J'aurais du me réjouir, mais je ne pouvais pas quitter la fille des yeux, la main toujours serrée sur mon couteau. Si l'envie lui prenait de m'attaquer maintenant ? Je n'avais pas vu le début de la scène, je ne savais pas comment ça avait commencé après tout. Je la regardai s'installer en face de moi. Elle enleva un bandage sommaire de sa main, avant de la plonger dans l'eau pour essayer d'en retirer le sang séché et le pus qui en sortais. Je ne pus m'empêcher de grimacer. A côté de sa main, ce que je devais avoir dans le dos ne semblait rien. Quoi qu'il en soit, elle semblait avoir décidé à la fois de ne pas me tuer et que je n'étais pas un danger pour elle. « Tu ferais mieux de rejoindre ton ami avant que ses copains ne viennent voir pourquoi il ne revient pas. »

Je haussai les sourcil. Mon ami ? Elle parlait de Fin ? J'aurais tellement aimé qu'il soit là maintenant. Même si la fille ne semblait pas dangereuse, ce qu'elle disait sonnait juste. Les carrières se déplaçaient en meute, et le fait que celui ci se soit trouvé ici n'était pas un bon signe du tout. J'avais une bonne heure de marche à faire avant d'espérer retrouver mon équipier, et c'était loin de me rassurer. Entre les affreuses mutations génétique (je n'aurais pas la même chance deux fois) et les carrières, ces bois me semblaient bien moins accueillants à présent. Il y eu un silence, un moment de blanc. Je me décidai enfin à répondre. « T'es pas censé me sauter dessus pour m'égorger plutôt que de me donner des conseils ? » C'était une façon de parler comme une autre. Je voulais comprendre sa réaction. En aucun cas je ne cherchais à provoquer la chose, et mes paroles me semblèrent stupides d'un coup. Suicidaire serait le mot juste. Elle leva les yeux vers moi sans me répondre instantanément, et continua de s'occuper de sa main meurtrie. Un nouveau silence s'installa. Que je brisai à nouveau. « Ça risque de s'infecter, à défaut de médicaments tu devrais au moins utiliser un nouveau tissus le plus stérile possible. » Le fait que je ne veuille pas devenir médecin ne signifiait pas pour autant que j'étais totalement dépourvue des connaissances rudimentaires que possédait tout adolescent du 6. On était pas le district de la médecine pour rien quand même. J'aurais pas contre été bien incapable de préparer le moindre cataplasme ou je ne sais quoi, surtout que dans le 6 nous utilisions de vrais médicaments du Capitole, pas des plantes.

Tout en parlant, j'avais ouvert mon sac pour en sortir la gourde vide, notre gourde à Fin et moi. J'entrepris de dévisser le bouchon lentement, avant de la rincer (précaution, habitude surement) avant de la remplir. Je n'avais rien pour la désinfecter mais tant pis, je préférais ça que de mourir de soif. Et s'il n'y avait pas d'iode dans les sac, alors il n'y en avait nul part ailleurs. L'eau ne devait pas être trop mauvaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:32

« Alors que j'étais pour le moins occupée à nettoyer ma plaie, je remarquais la manière dont me regardais la jeune fille. Sans pour autant l'ignorer, je m'activais un peu, histoire de pouvoir reprendre ma route au plus vite. En fait, je me demandais bien pourquoi elle n'avait pas profité de l'agitation passagère pour filer, et assurer un peu plus certainement sa survie. Après tout, je n'étais pas censée lui sauver la vie d'un carrière, et encore moins la laisser filer. Au Capitole, les gens devaient me maudire, autant qu'ils devaient m'apprécier. J'avais laissé filer la petite du trois, et avait plus ou moins directement causé sa mort au bain de sang, puis maintenant, je sauvais la vie d'une autre fille, et ne tentais rien contre elle. Deux vies épargnées, contre deux vies arrachées. « T'es pas censé me sauter dessus pour m'égorger plutôt que de me donner des conseils ? » me demanda-t-elle comme choquée par mon attitude envers elle. Je lui adressais un léger sourire entendu, comprenant plutôt bien sa réaction. Après tout, je venais d'éventrer un type qui faisait sûrement deux fois mon poids devant ses yeux, et là, je venais me laver les mains comme s'il ne s'était rien passé de grave. « A défaut d'être une tueuse, j'ai toujours un peu d'honneur. Que je sache, tu n'as rien fait pour t'attirer mes foudres alors je n'ai aucune raison de tenter quoi que ce soit contre toi. C'est après eux que j'en ai. » dis-je en désignant le mort du quatre. Par là, je lui faisais comprendre qu'il s'agissait de ces enfoirés de carrières. Cependant, je restais un moment à fixer mes mains, me souvenant de la manière abominable dont j'avais tué cette fillette du cinq. Je serrais les dents rien qu'en repensant à ce souvenir. Je parlais d'honneur, mais au final tout ça n'était que des conneries, et il était certain que d'ici quelques jours, ces histoires ne seraient qu'un souvenir auquel nous raccrocher. J'en arrivais parfois à me demander ce que je pourrai faire si je remportais ces jeux. D'accord, je serai en vie, mais par ma faute, d'autres l'auraient perdus, et leurs proches me haïraient pour ce que j'avais fait. Au final, la victoire aux Jeux signifiait la mort d'une partie de soit même. Une fois ma main correctement nettoyée, ainsi que mon premier bandage, je commençais à remettre ce dernier. Certes, ce n'était pas spécialement intelligent, mais à vrai dire, je n'avais aucune envie d'arracher plus que ça mon t-shirt. C'est vrai quoi, si je prenais un nouveau morceau à chaque fois, j'allais rapidement me retrouver à poils. « Ça risque de s'infecter, à défaut de médicaments tu devrais au moins utiliser un nouveau tissus le plus stérile possible. » je redressai la tête en l'entendant parler. Un léger sourire en coin se forma sur mes lèvres tandis que je me relevais légèrement. Elle avait raison, et c'est pourquoi plutôt que de taper dans mes affaires, j'allais recycler celles du mort avant qu'un hovercraft ne se pointe. « T'es pas censée me sauter dessus pour m'égorger plutôt que de me donner des conseils ? » demandais-je en employant la même phrase qu'elle au mot prêt. J'arrivais près de district quatre, et lui arrachait un morceau de tissu non imbibé de sang, pour ensuite refaire mon bandage de manière assez grossière, avant de découper plusieurs autres bandes qui pourraient me servir plus tard. J'essayais doucement de bouger mon membre blessé, y arrivant un peu mieux que la veille. C'était une véritable aubaine d'avoir déniché cette source en tout cas. Après quoi, je retournais au point d'eau, histoire de me débarbouiller un peu le visage. Entre le sang séché du district deux, et la terre de quand j'avais bouffé le sol, je devais avoir l'air un peu sale. Une fois fait, je remplis la bouteille avec de l'eau non souillée, et la bu d'un seul trait avant de recommencer l'opération à plusieurs reprises. Je n'avais presque rien bu depuis la veille, et cela fut un réel bonheur que de sentir ce liquide couler jusqu'à mon estomac. « Normalement si tu pars par là, tu devrais pas avoir trop de problèmes de tributs, il est venu seul sûrement en éclaireur. » dis-je en montrant la direction opposée à celle par laquelle je venais d'arriver.
Histoire de gagner de la place, je retirais le sweat qu'on nous avait donné à chacun, enroulais ma bouteille pleine dans la capuche, puis nouais les manches de la veste autour de ma taille. De la sorte, je ne serai pas gênée en marchant. De même, je mis mon poignard à ma ceinture, et enfilais le carquois sur le côté avant de récupérer l'arbalète. Avec elle au moins, je me sentais vraiment plus à l'aise. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:32

L'honneur, c'est un bien grand mot dans les jeux. Personnellement, si je n'avais pas ce pressentiment que je lui été redevable de quelque chose, je l'aurais abattue. Du moins j'aurais essayé, moins on étais, plus j'avais de chance de survivre. C'était une règle simple. Nous étions 30 au début, pour arriver à 1 il fallait en enlever 29. Est-ce que j'avais déjà réfléchis au fait que Finley et moi pourrions.... Nous retrouver seul à la fin, est-ce que j'avais envisagé cette possibilité. Non, je l'écartais de mon esprit. Je n'envisageais pour le moment pas de survivre, je préférais ne pas me projeter aussi loin.

Mes parents disaient souvent qu'Allen et moi avions ce qu'ils qualifiaient de « conversations silencieuses ». J'aimais bien ce terme, et il illustrait assez bien la réalité je dois dire. Il n'étais pas rare qu'au Petit déjeuné, à table ou même lorsque mes parents se disputaient que mon frère et moi nous regardions dans les yeux pendants de longues minutes, comme si nous espérions lire les pensées de l'autre. C'était un peu ce qui était en train de se passer avec la demoiselle du neuf. Je ne savais pas quoi dire, et d'ailleurs nos échanges oraux restaient rare, mais je ne pouvais m'empêcher de la regarder, essayant de parvenir à interpréter n'importe quoi, une mimique sur son visage, un regard... Et ce n'étais d'ailleurs pas un silence pesant pour autant, en tout cas, pas à mes yeux. « A défaut d'être une tueuse, j'ai toujours un peu d'honneur. Que je sache, tu n'as rien fait pour t'attirer mes foudres alors je n'ai aucune raison de tenter quoi que ce soit contre toi. C'est après eux que j'en ai. » Je hochai la tête en guise de simple réponse. J'avais compris ce qu'elle voulait dire, même si je ne partageais pas ses valeurs. Pour moi dans les jeux il fallait être prêt à tous pour sa propre survie, et dans mon cas pour celle des personnes que l'on aimait. A sa place, avec une arbalète, je me serais supprimée. Du moins c'est ce que je pensais. Avant le commencement des jeux je me disais que jamais je n'arriverai à tuer, mais depuis que j'avais été jetée dans l'arène, je m'étais rendue compte que tout avait changé. Je me croyais capable de tuer sans sourciller. Les organisateur de cette boucherie n'ont aucune conscience, aucun état d'âme à nous envoyer nous entretuer, pourquoi j'en aurais à supprimer quelqu'un.

Je jetai rapidement un œil au garçon du 4. J'avais du mal à détacher mes yeux du spectacle affreux qu'il offrait, à une vingtaine de mètres de moi. Je fronçai les sourcils. Il avait une arbalète avant que Kathleen ne la lui prenne. Il ne pouvait pas avoir voulu s'attaquer à elle, pas avec une arme à distance. Ce qui signifiait qu'elle l'avait attaqué la première. Et lui ? C'est alors que je compris. J'étais quelques secondes auparavant dos à l'endroit où il était maintenant allongé par terre, mort. Parfaitement de dos. L'arbalète, c'était moi que ce type s'apprêtait à tuer. Il s'apprêtait à me tirer dans le dos, et à me tuer à coup sur. J'étais à peu près sure qu'il savait parfaitement s'en servir. Elle lui avait sauté dessus pour me sauver la vie. Et soit elle n'était pas assez discrète pour le surprendre et le tuer d'un coup sec de couteau, soit elle elle n'avait pas voulu l'abattre de dos. Je pariais sur la seconde option. Une fille qui sauve la vie d'une ennemie ne tue pas quelqu'un dans le dos. Aussi carrière que ce quelqu'un soit. Sa réflexion me tira de mes pensées, mais je ne la regardais plus pareil, et jamais je ne pourrais abattre cette fille sans état d'âme. Elle venait de me sauver la vie par pure...bonté ? J'avais moi même qu'il ne restait plus une goutte de bonté en moi depuis le début des jeux... Sauf dans les rares moments que je partageais avec Finley. « T'es pas censée me sauter dessus pour m'égorger plutôt que de me donner des conseils ? » Un sourire se dessina sur mon visage. Mi amusé, mi cynique. « Te tuer la septicémie risque de s'en charger avant moi si tu ne trouve pas de vrai remède dans les prochains jours. Sans que je n'ai à me salir les mains. » Cela pouvait paraître brutal, ou même agressif, mais c'était réellement un constat. Une simple blessure non traitée pouvait être très mauvaise. Alors quelque chose comme sa main, dans un environnement comme l'arène.... « Puis tu viens de me sauver la vie. Je me trompe ? » C'était mon moyen de la remercier, elle n'aurait pas plus de moi. Je ne lui faisais pas assez confiance, et je ne la connaissais pas assez pour ça. J'avais une dette envers elle, que je le veuille ou non, et d'ailleurs je penchait plutôt vers le non. Sans ça j'aurais pu la tuer sans aucun remord. « Normalement si tu pars par là, tu devrais pas avoir trop de problèmes de tributs, il est venu seul sûrement en éclaireur. » En voilà qu'elle recommençait, elle voulait vraiment m'aider, c'était difficile de vouloir tuer son prochain alors qu'il était comme ça non ?

Je la dévisageai, tout en attrapant mon couteau pour le rincer du sang dont il était couvert. Avant de remettre mon sac sur le dos et de me relever, non sans avoir but encore quelques gorgées d'eau précieuse. Je ne savais pas si nous serions capable de revenir à cette petite rivière, si une éventuelle présence des carrières ne nous en empêcherait pas. « Merci du conseil. Mais j'ai un point de rendez vous à joindre, alors je vais devoir prendre des risques. » J'étais prête à repartir, je n'avais rien oublié, mais quelque chose me retenait. Comme si je sentais que je devais au moins lui donner un conseil ou... Après tout elle m'avait sauvé la vie. « Fait attention si tu reste dans le coin. J'ai été attaqué par une mutation génétique a quelques minutes de marche d'ici. Je pense pas que ça sache monter aux arbres, donc si t'as pas envie de prendre un coup de sabot... Et fait attention elles sont discrètes, très discrètes. » C'était le minimum que je pouvais faire, et cela me faisait me sentir un peu moins ingrate, c'était toujours ça non ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:32

« Je récupérais tout juste mes nouveaux bandeaux de fortunes tout en écoutant la fille du district six me parler de choses dont j'étais pleinement consciente, mais contre lesquelles je ne pouvais malheureusement pas lutter, faute de moyens. A moins qu'on me dégote de bons sponsors, je doutais de pouvoir obtenir des antiseptiques avant que ma blessure ne se soit infectée. « Te tuer la septicémie risque de s'en charger avant moi si tu ne trouve pas de vrai remède dans les prochains jours. Sans que je n'ai à me salir les mains. » je soupirais légèrement, ne pouvant qu'être d'accord avec ce qu'elle venait de dire. « Si j'ai un peu de chance, je serai abattue d'ici là, ça m'évitera de mourir à petit feu. » dis-je sombrement. Enfin, un peu de chance, c'était vite dit. Bien sûr, je ferai ce qu'il faudrait pour éviter les deux choses, n'ayant ni envie de succomber à une septicémie, ni envie de crever sous les coups d'un tribut quelconque. « Puis tu viens de me sauver la vie. Je me trompe ? » continua-t-elle en me dévisageant. J'arrêtais de bouger ma main un instant, et relevais péniblement les yeux vers elle. « Vois plutôt ça comme une remise de peine. » lui dis-je en regardant alors en tournant mon regard ailleurs. Après tout, c'était plutôt véridique non ? Qui pouvait savoir quand il allait mourir ? Car en étant envoyés ici, ce n'était rien d'autre qu'une saloperie d’exécution, une condamnation à mort. Et chaque fois qu'on y échappait, on ne pouvait considérer ça comme de la survie, mais juste comme des sursis. Plus ça avançait, et plus on espérait pouvoir rentrer chez nous. Trente au début, et déjà à peu près huit de tombés rien que le premier jour. Sans compter celui que je venais de tuer en cette matinée. « Merci du conseil. Mais j'ai un point de rendez vous à joindre, alors je vais devoir prendre des risques. » quoi elle voulait vraiment tenter de s'aventurer seule dans cette direction ? Bon, d'accord, je n'avais croisé personne, mais cela ne voulait pas dire que c'était désert. « Comme tu veux, mais restes sur tes gardes okay ? » lui conseillais-je en me redressant. Pourquoi est-ce que je m'obstinais à lui venir en aide ? Après tout, elle était également censée être mon ennemie, comme tout le monde ici en fait. On avait beau dire qu'on faisait alliance avec truc ou machin, mais au final, le dénouement serait le même. Un seul survivant, et je commençais sérieusement à douter que ça soit moi vu la manière dont je me comportais avec tout le monde. J'aurai pu égorger cette petite fille, et lui prendre son sac à dos, mais à la place je l'avais laissée filer... Pour rien puisqu'elle s'était fait tuer quelques mètres plus loin. Ensuite j'avais presque demandé à Genesis de me tuer, et là je sauvais une autre vie. Alors qu'il aurait été tellement plus simple d'attendre quelques secondes supplémentaires que le district quatre ne la tue avec l'arbalète, puis de me charger de lui à mon tour. Je soupirais en pensant à toutes ces choses qui finiraient par avoir ma peau. « Fait attention si tu reste dans le coin. J'ai été attaqué par une mutation génétique a quelques minutes de marche d'ici. Je pense pas que ça sache monter aux arbres, donc si t'as pas envie de prendre un coup de sabot... Et fait attention elles sont discrètes, très discrètes. » Des sabots ? Mais c'était quoi toutes ces foutues mutations génétiques sérieusement ? Des chiens à trois têtes, des chevaux mutants ? Quoi d'autre encore ? J'acquiesçais à son conseil. « Merci. De toute manière je comptais pas m'éterniser plus que de raison. » dis-je sérieusement. J'avais récupéré de l'eau, une arbalète et quelques carreaux, alors je pouvais me permettre une chasse rapide histoire de me remplir l'estomac. J'aurai bien proposé à cette fille de m'accompagner, mais j'en avais déjà assez fait. J'avais d'ailleurs bien de la chance qu'elle ne m'ait pas sauté dessus. Je la fixais un instant, me demandant ce qu'il arriverait si elle et son ami se retrouvaient en finale. Tant qu'à faire, j'avais baissé ma garde et n'avais pas remarqué ce type qui s'approchait dangereusement par derrière. »

bon je fais court pour avancer hein xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:33

Un sourir se dessina sur mon visage. Plus ironique qu'autre chose. « Si j'ai un peu de chance, je serai abattue d'ici là, ça m'évitera de mourir à petit feu. » Qui espérait mourir ? Même moi, si j'en arrivais à un moment où il ne resterait que Fin et moi, je ne sais pas ce que je voudrais. Les deux me tueraient de toute façon. Perdre Fin autant qu'il m'achève. Peut-on réellement sortir indemne de ces jeux de toute façon ? Peut-on redevenir normal, se coucher tous les soirs dans les même draps qu'autrefois, retrouver le goût à la vie ? Quand on vu sa vie chamboulée de la sorte, et qu'on a même tué ? C'est une grande question. A laquelle vraisemblablement 29 d'entre nous n'aurons jamais la réponse. Et peut être même 30 après tout. Comment savoir si l'on va bien ?

Elle confirmait ce que je pensais. Elle venait d'empêcher le tribut du 4 de me tuer de dos et sans aucun remord à la chose. Pourquoi peut être que je ne le saurais jamais, mais en tout cas c'était bel et bien ce qui venait de se passer. J'éclatai de rire, ça faisait du bien, même si cela sonnait – un tout petit peu – comme un rire forcé. Mais qui peu rire de bon coeur dans l'arène ? « Je te proposerai volontiers de m'en charger, mais j'ai un peu plus de fierté que ça. Si j'étais toi je prierais pour avoir trouvé des bon sponsors... » C'était d'ailleurs ce que je me souhaitais à moi même hein, je savais même pas pourquoi j'étais agréable avec elle. « Vois plutôt ça comme une remise de peine. » Je ne pus tout de même m'empêcher de froncer les sourcils. Cela aurait été tellement simple de le laisser me tuer, puis de le tuer de dos. Et c'était très certainement ce que j'aurais fait à sa place. Mais j'aimais sa façon se penser à cette fille. Je ne pus m'empêcher de penser que dans une autre vie, nous aurions put être amies. Elle était cynique a souhait, un peu comme moi, et j'aimais sa manière de tout tourner en dérision. « Une remise de peine... Comme tu veux, c'est la même chose. Je suppose que ça veut dire que j'ai comme. Une dette envers toi maintenant ? » Si j'allais l'honorer je n'en étais pas sure, mais j'avais ce sentiments que je n'arriverais pas forcément à la tuer facilement maintenant.

Je m'étais donc levée pour ranger mes affaires. Le sac a dos pesait plus lourd, mais c'était rassurant d'un certain côté. J'avais bien deux litres d'eau dans mon sac. Fin allait pouvoir boire, et en se rationnant, nous pourrions tenir un peu, même sans revenir ici. C'était dangereux, ça c'était sur, mais mourir de soif l'était plus non ? « Comme tu veux, mais restes sur tes gardes okay ? » Je souris. J'avais presque envie de lui répondre « oui maman », comme je l'aurais fait avec Finley, ou même dans un autre contexte avec Allen. Mais nous n'étions pas amies, nous n'étions même pas alliées, il ne fallait pas tout mélanger. Je me contentais d'un sourire entendu et d'un hochement de tête. Je n'étais pas démonstrative. Mais je ne pus tout de même m'empêcher de lui donner un conseil. Ce a quoi elle répondit. « Merci. De toute manière je comptais pas m'éterniser plus que de raison. » Je haussai les épaules. C'était son choix après tout. Et il était plus que raisonnable. Je lui avais adressé un signe de la tête, avant de me retourner. J'avais même pas fait un pas lorsque j'entendis un cri aigu derrière moi, tout près, et je me retournai rapidement, mon couteau serré dans ma main. Un tribut que je ne connaissais pas, dont je ne connaissais pas le district, et que j'avais juste remarqué parce qu'il était assez imposant. Il avait sauté au cou de la tribut du 9 et avait vraisemblablement projeté de la tuer dans la seconde, avant de m'exécuter aussi. Il se disait surement, deux en peu d'efforts... Heureusement qu'on avait pas donné d'armes à distance à celui là... Sinon on serait morte toutes les deux avant d'avoir le temps de dire ouf. D'ailleurs il n'avait pas d'arme du tout, puisqu'il avait passé ses deux mains autour du cou de la jeune fille, et resserrait déjà dangereusement son étreinte. J'hésitais quelques secondes, avant d'attraper la plus grosse pierre qui se trouvait à ma porté et de l'envoyer violemment sur la tête de l'homme. Il lâcha le coup de celle qui venait de me sauver la vie pour faire quelques pas en arrière. Avant de m'envoyer un rictus effrayant et de se jeter sur moi. Je reçu son premier coup de poing dans le ventre avant d'avoir eu le temps de bouger d'un centimètre. Heureusement, il semblait trop sonné pour y avoir mis toute sa force, sinon il m'aurait brisé la colone vertébrale, et éclaté tous les organes. Mais c'était assez pour me couper le souffle et me faire lâcher mon couteau.. Je voulu faire quelques pas en arrière, mais il en décida autrement puisqu'il m'attrapa la tête de ses deux mains. Il allait m'achever, c'était terminé, me tordre le coup et me laisser tomber à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:33

« A bien y réfléchir, j'étais certaine que cette fille et moi, on aurait pu devenir amies... Enfin, bien s'entendre en tout cas. Bien entendu, cela incluait le fait que c'était en dehors de l'arène que ça aurait du se passer. « Je te proposerai volontiers de m'en charger, mais j'ai un peu plus de fierté que ça. Si j'étais toi je prierais pour avoir trouvé des bon sponsors... » j'affichais un sourire amusé, en lâchant un ricanement. Vraiment, cette fille avait ce je ne sais quoi qui me plaisait beaucoup. Dommage que nous soyons ennemies ici. Dans l'immédiat je ne lui ferai rien, mais il état certain que si nos routes se recroisaient, nous serions certainement obligées de nous affronter pour de vrai cette fois. « Je sais que je peux compter sur mon mentor pour ça, je lui fait confiance. » dis-je à voix haute, sans réellement m'en rendre compte. Je pinçais les lèvres, en pensant à ce fameux mentor. A la manière dont je m'étais comportée envers lui ces dernières années, tout ça parce que je n'avais pas accepté le fait qu'il allait mal à cause de ce qu'il avait vécu ici. Aujourd'hui, les rôles étaient plus ou moins inversés, et je pouvais désormais réellement comprendre la raison de son mal être. Non seulement je m'étais conduite comme une idiote, mais en plus j'avais été tellement égoïste. Cependant, l'heure n'était pas au surplus d'émotions, et encore moins à l’apitoiement de ma pauvre personne. « Une remise de peine... Comme tu veux, c'est la même chose. Je suppose que ça veut dire que j'ai comme. Une dette envers toi maintenant ? » Elle était sérieuse là ? Je penchais légèrement la tête sur le côté, sourcils pour le moins froncés. Elle ne devait pas considérer ça comme tel, ça deviendrait handicapant si nous venions à nous affronter. Enfin, si elle avait un sens moral pareil au mien. Pour ma part, si quelqu'un devait me sauver la vie, j'étais quasiment certaine de ne pouvoir agir contre lui avant d'avoir payé ce que je lui devais. « Une dette ? T'es vraiment sûre de vouloir t'enticher de ce genre de chose ici ? Si je t'ai sauvé la vie, c'est uniquement parce que mes principes m'interdisaient de te regarder mourir alors que je pouvais faire quelque chose. Ca finira par avoir ma peau, mais au moins une personne autre que ces enflures de carrières aura peut-être l'occasion de rentrer chez elle pour revoir sa famille et continuer à vivre. Enfin, essayer... » je baissais les yeux en lâchant cette phrase. Indirectement, je repensais toujours à lui. J'en avais mal à l'estomac tant je m'en voulais, tant sa présence me manquait. Dans l'immédiat, il était la seule personne que je désirais voir, pour le serrer dans mes bras et le sentir contre moi, pour lui demander de pardonner ma bêtise, et le plus important, ne plus jamais le quitter.

Seulement, toutes ces agréables pensées ne m'aidaient pas ici, enfin pas à cet instant en tout cas. Un peu trop distraite pour remarquer ce tribut qui arrivait sur nous assez discrètement malgré sa carrure. Il lâcha un cri presque animal, et avant que je ne puisse réagir, se jeta sur moi, prêt à m'étrangler. Dans ma chute, j'étais malheureusement assez mal tombée, et je retrouvais cette même douleur que le jour où je m'étais déboîté l'épaule. Non seulement, il était sur moi en train de me tordre le cou avec ses immenses mains, mais il avait appuyé un genou sur ma poitrine, m'empêchant de respirer correctement, et de crier la douleur atroce qui me transperçait l'épaule. Pour autant, je ne lâchais pas l'affaire, mais il avait mit son second genou sur mon bras qui s'agitait à le faire dégager de là, m'interdisant tout autre mouvement. Soudain, une pierre comme sortie droit d'un miracle vint frapper l'autre à la tête. Visiblement en colère, il me délaissa pour aller s'attaquer à celle qui venait de l'empêcher de m'étouffer. A l'instant même où je sentis son poids s'enlever de moi, j'aspirais l'air à grandes goulées, comme si chaque inspiration était la dernière. J'attrapais mon épaule démise, et la remis en place d'un coup sec, la douleur fut telle que je lâchais immanquablement un cri en me tordant sur le sol. J'aurai très bien pur rester là, à attendre que mon mal ne s'estompe, mais je vis que le tribut qui nous avait si grossièrement interrompu était sur le point de briser la nuque de la fille du six. Malgré la douleur qui me transcendait le bras, je me relevais avec difficulté, et manquait de tomber plusieurs fois en m'approchant d'eux. Je lui sautais littéralement sur le dos, enserrant son cou de buffle avec mon bras le moins douloureux, le forçant à relâcher district six. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:33

« Je sais que je peux compter sur mon mentor pour ça, je lui fait confiance. » Si elle avait confiance alors c'était bien... Mais bon, jusque là les mentors étaient pour moi une grande blague. Je ne l'aurait jamais dis tout haut, mais on peut élaborer des stratégies, chercher des sponsors, il n'en reste pas moins qu'une fois dans l'arène on est tout seul. Et de toute façon si elle voulait se trouver de quoi traiter et soigner ça, il lui faudrait de très très bon sponsors. Ça devait vraiment pas être donné ce genre de chose. Je me contentais de hausser les épaules. Si elle en était sure... Peut être que de dire ça a voix haute était aussi un moyen d'attirer l'attention du dit mentor. Pour lui signaler qu'elle avait besoin de son aide ? Qui sait. Pour l'instant je n'avait pas eu réellement besoin du mien, même si mon ventre n'allait pas tarder à crier famine, mais je me demandais si j'avais réussit à me trouver quelques sponsors. Au moins quelques-uns non ? J'étais plutôt mignonne, j'avais eu un sept à l'entrainement, et je faisais alliance avec Finley. Autant croiser les doigts, parce que le jours où l'on aurait besoin de cadeaux arriverait plus vite que ce que l'on pouvait croire....

« Une dette ? T'es vraiment sûre de vouloir t'enticher de ce genre de chose ici ? Si je t'ai sauvé la vie, c'est uniquement parce que mes principes m'interdisaient de te regarder mourir alors que je pouvais faire quelque chose. Ça finira par avoir ma peau, mais au moins une personne autre que ces enflures de carrières aura peut-être l'occasion de rentrer chez elle pour revoir sa famille et continuer à vivre. Enfin, essayer... » Elle était sérieuse ? A sa place j'aurais sauté sur l'occasion. Décidément elle était loin d'avoir l'esprit de la plupart des tributs. Elle me sauvait la vie et m'exemptait de dette ? Disait-elle par la qu'elle préférait que ce soit moi ou un autre tribut d'un district pauvre plutôt qu'un carrière qui gagne si ce n'était pas elle ? Si je venais à mourir, je choisirais Finley parce qu'il était mon allié et bien plus de jour en jour, mais si jamais il venait lui aussi à perdre la vie dans les jeux... J'avoue que j'en aurait bien peu à faire de qui les gagnerait. Je n'étais pas le genre de fille rebelle contre le capitole, contre les jeux, contre les district riches et la carrières. Surement étais-ce aussi parce que j'étais à de bonne famille et il faut l'avoue pour mon district, une privilégiée. Je ne l'avais pas quittée du regard, cherchant surement à la comprendre. Finalement je finis par déclarer d'une voix assez atone mettant ainsi fin à la conversation. « Tant que tu ne t'en prend pas à moi ou à un allié je ferait ce que je peux pour essayer de te renvoyer l'ascenseur. Mais ça s'arrêtera là. »

Le sujet était clos. J'avais une certaine fierté quand même. Et de toute façon l'attaque du tribut qui semblait presque fou clôtura le sujet. Et voilà comment je me retrouvai le souffle coupé, ayant du mal à respirer, et avec les main de ce type autour de ma tête, près à me tordre le cou. Je fermai les yeux, attendant qu'il le fasse, je ne pouvais plus rien faire, j'aurais mieux fait de m'enfuir pendant qu'il étranglait la fille du 9. Mais je sentis ses mains quitter mes cheveux et ma tête, et se reculer. J'ouvris les yeux. La fille du 9 venait de lui sauter dessus, enserrant son cou d'un bras. Elle avait réellement l'air encore plus mal en point que quelques minutes auparavant, si seulement c'était possible. Il s'en débarrassa d'un prise de combat au corps à corps qui m'étais inconnue avant de pousser un cri qui me sembla inhumain. Jamais je n'avais eu aussi peur de ma vie. Mon coeur battait à deux cents à l'heure, et mon instinct de survie avait pris le dessus sur ma raison. Je me mit à tituber vers mon couteau, tombé à quelques mètes, trébuchant même une fois, tellement ma respiration était coupée. Je le ramassai, le serrant si fort dans ma main que le manche semblait me transpercer la main. Le type avait relevé la tête vers moi, et semblait presque amusé que je soit allée ramasser ce couteau. Nous étions à cinq mètre l'un de l'autre. La fille du 9 était par terre à côté de lui. Si je le ratais j'avais de forte chance de la toucher elle. Il ne fallait pas que je le rate. 5 mètres, c'était rien du tout, mon premier palier lors du passage devant les juges, mais maintenant, alors que je faisais ce que je pouvais pour retrouver mon souffle, que même ma tête tournais et que la peur était là tout était différent. C'est lorsqu'il souleva une pierre pour soit l'écraser sur la fille du 9, soit me l'envoyer à moi je la couteau quitta ma main. Pour aller se fiche entre ses deux yeux. Je venais de tuer un homme. En deux jours de jeux, c'était la première fois. Je l'avais fait pour sauver ma vie, et pour aider district 9, et pas de sang froid comme s'apprêtait à le faire le type du deux avec moi, mais j'avais tout de même tué. Je cherchais en moi une sensation, une impression nouvelle. Mais je ne trouvais rien. Je ne ressentais rien de plus que lorsque j'avais abattu la mutation génétique. Un coup de canon résonna. Oui j'avais tué.

Je m'approchai de la rivière, avant de boire quelques gorgée d'eau et de me rincer le visage, puisque le coup du type avait fait resaigner mon nez, j'étais décidément pas d'une constitution faire pour ces jeux, j'avais une santé bien délicate. Je m'approchai du type pour lui prendre son seul effet personnel, une bouteille d'eau que je rinçai avant de la remplir, et de la mettre dans mon sac, qui devenait ainsi plus lourd mais qui contenait maintenant 4 litres d'eau, chose rassurant. Finalement je me résous à m'approcher du type. Il était bien mort, mais la peur s'empara de moi lorsque je retirai le couteau fiché entre ses yeux. Je le rinçai avant de le garder dans ma main. J'avais peur de le mettre à ma ceinture, peur qu'il me blesse. Il fallait que je rejoigne Finley. Je voulais m'assurer qu'il allait bien, et je voulais retrouver la sensation de sécurité que j'avais auprès de lui. Une fois apprêtée, je me tournais vers la fille du 9 dont je ne connaitrais peut être jamais le nom, avant de lui dire. « Puisse le sort t'être favorable. » Avant de lui adresser un sourire, et de m'éloigner dans la direction de laquelle je venais courant, mais de petites foulées, j'avais tellement mal au ventre, au dos. Mais j'avais tué, et je ne ressentais rien. Les jeux avaient officiellement commencé.

Je te laisse clôturer (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 779
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   Ven 4 Mai - 11:33

« Elle était vraiment aussi bornée que moi cette fille. Sérieusement. « Tant que tu ne t'en prend pas à moi ou à un allié je ferait ce que je peux pour essayer de te renvoyer l'ascenseur. Mais ça s'arrêtera là. » J'allais répliquer en lui disant que c'était inutile, que cela risquait de lui jouer des tours, mais on ne me laissa pas dire un mot de plus. Pour la deuxième fois en l'espace de dix minutes, je me retrouvais dans une lutte acharnée dont le prix n'était autre que ma vie. Vie que j'aurai très certainement perdu sans l'intervention de district six et de son cailloux magique. Pour une fois, je pouvais remercier ma clémence maladive, et pour être tout à fait honnête, j'étais vraiment heureuse d'avoir sauvé cette fille. De nouveau, je me retrouvais à l'aider, ayant sauté sur le dos du tribut qui m'envoya bouler par terre. Déjà que mon épaule me faisait souffrir par sa faute, s'il en remettait une couche je pouvais tout simplement lui dire adieu. Un peu sonnée par le violent contact avec le sol, je ne voyais plus que des formes s'agiter autour de moi. En tout cas, j'arrivais clairement à distinguer la silhouette de notre agresseur, et il avait ramassé une pierre. Là, il n'y avait que deux solutions, soit elle était pour la fille du six, soit c'était pour ma tronche. Voilà, il allait m'écraser avec son rocher, un coup de canon retentirait et ce soir mon visage apparaîtra en même temps que l'hymne du Capitole, figurant parmi les victimes de la journée. Mais dans l'immédiat, j'étais complètement immobilisée, j'avais beau tenter de me traîner le plus loin possible, mes muscles endoloris refusaient tout effort trop intense. Encore une fois, et bien heureusement pour moi, l'intervention de la fille du six m'évita bien des maux. Un couteau vint se ficher dans son crâne, juste entre les deux yeux. Si je n'avais pas été dans un tel état, j'aurai très certainement félicité la jeune fille qui venait d'accomplir ce geste précis et salvateur pour ma propre personne. Je regardais son cadavre s'écrouler à côté de moi, mais étais encore trop sonnée pour bouger. Un coup de canon résonna. Si district six voulait me tuer, elle n'aurait aucun mal à le faire dès maintenant. Cependant, elle sembla occupée à autre chose. Elle fouilla le mort et récupéra son arme avant de retourner vers la source d'eau.

« Puisse le sort t'être favorable. » Elle m'adressa un bref sourire et commença à s'éloigner au trot. Je la suivais des yeux jusqu'à ce qu'elle ne disparaisse totalement de mon champ de vision. Pour une raison qui m'était inconnue, j'aimais bien cette fille. Je savais pertinemment que c'était une mauvaise idée, mais à vrai dire, je m'en foutais complètement. Je n'avais que trop participé à leurs stupides Jeux. Deux vies. J'avais tué par deux fois, et pour moi c'était déjà beaucoup trop. Pourtant... J'avais fait une promesse. Celle de revenir vivante chez moi. Depuis que l'autre m'avait jetée au sol, j'étais restée allongée, histoire de laisser un peu la douleur de mon épaule s'atténuer. De mon bras le moins abîmé, je vins chercher le médaillon sous ma veste. Celui qui Glimmer m'avait offert avant mon départ du neuf. Rien qu'en le fixant quelques secondes, je sentais déjà ma volonté revenir, et cette rage de vaincre qui recommençait à brûler. Serrant l'objet entre mes doigts, je me redressais enfin, pour ensuite récupérer toutes mes affaires. J'avais mon arbalète et j'étais plus déterminée que jamais , la chasse aux carrières était définitivement ouverte. »

[Sujet terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jour 2 : « Tonight the wall is coming down » [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu]Mis a jour impossible avec Antivir
» Spécial réveillon du jour de l'An
» Attention : Fausse mise à jour qui cache un cheval de Troie !
» Mises à jour des logiciels du pack
» antivir périmé, mise à jour KO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Steps From Hell :: Jeux-