blablabla
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:15


    En tant que pacificateur, je suis amené à voyager dans les districts, bien même que je doive avant tout m'occuper du numéro un. Un district pas facile à gérer, mais qui, par miracle, semblait s'être endormi aujourd'hui. Après ma tournée matinale habituelle, je n'avais rien remarqué de particulier. Il y avait juste un homme qui essayait de vendre ses pierres au marché noir. Je l'avais surpris, il s'était embrouillé dans ses propres excuses et je l'avais achevé d'une balle dans la tête. En temps normal, je n'utilise jamais d'arme à feu, je préfère faire confiance à mes poings ainsi qu'à mon fidèle couteau à la lame bien aiguisée. L'homme qui gisait à mes pieds avaient déjà été suspecté de revendre ses pierres aux plus offrants, chose qui s'apparente à une invitation au meurtre. Comme un prince sur son cheval, je venais de lui offrir ce qu'ils nous demandaient, à nous autre pacificateurs, à travers ses gestes de rebelles. Personne ne semblait l'accompagner, je finis donc par partir en laissant mon œuvre derrière moi. Ma journée s'annonçait des plus radieuses.

    Après mon petit tour obligatoire dans le district un, mon supérieur m’ordonna de me rendre au district trois pour prendre des nouvelles d’un pacificateur n’ayant donné aucun signe de vie depuis quelques jours. À l’aide des véhicules généreusement fournis par le Capitole, je me mis en route du district nous fournissant en nouvelles technologies. Je les aime bien, les idiots du trois. Ils sont relativement calme comparé à d’autres régions, et ils sont plus utiles qu’un bon nombre de district. Une fois arrivé sur place, je me mis à la recherche du fameux pacificateur ‘’disparu’’. Je savais très bien où il était, Cooper. Cet idiot est arrivé là par hasard et il n’a absolument pas l’allure d’un pacificateur. On dirait un fou à qui on a fait une lobotomie. Toujours inerte, complètement saoule et étant constamment la cible des moqueries des habitants. Si seulement le code d’honneur nous le permettait, je l’achèverai bien volontiers d’une balle entre les deux yeux.

    En me rendant à l’habitation que Cooper habitait, je fus forcé de passer par le seul coin isolé du district. En l’occurrence, près du grillage séparant le district trois du neuf. Les grillages qui séparent des districts entre-deux est une vraie plaie. Les plus téméraires des jeunes gens trouvent toujours une ruse pour se faufiler dans le district voisin. C’est tout simplement insupportable de toujours devoir faire régner l’ordre près des grillages.

    Mon regard se fixa sur une personne située près du grillage. En m’approchant, je ne mis qu’une fraction de secondes à comprendre que c’était la petite peste du neuf qui m’avait déjà échappée à une reprise. Cette chose brune n’arrête pas de chasser, chose qui m’exaspère bien que ce soit autorisé dans son district, mais en plus elle se permettait de franchir les frontières. Quelle insolente ! En jetant un regard à droite, à gauche, je m’aperçus que nous étions seuls. Si je voulais me venger, c’était maintenant ou jamais. Je m'approchai de plus en plus près, en silence comme la formation de pacificateur nous l'a si bien apprise, jusqu'à me retrouver derrière elle. En une fraction de seconde, je passai mon bras devant elle et le plaqua contre sa gorge, l'attirant vers moi. L'a tenant fermement afin de lui laisser que très peu d'air, je rapprochai mes lèvres de son oreille. « Tu te souviens de moi ? » lui murmurais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:15



« La Moisson approchait à grands pas, c'était indéniable. Comme tout le monde, j'étais terrifiée à la simple idée que mon nom puisse être tiré au sort, et que j'aille ainsi mourir là bas, dans cette arène de malheur. D'ailleurs cette année, c'était les Jeux d'Expiation non ? Je me demandais bien quelles horreurs le Capitole avait pu inventer. En fait, dans l'immédiat, j'étais plutôt occupée à pister cet énorme cerf, cela faisait déjà deux jours entiers que j'étais à sa poursuite, et autant dire que ma dernière préoccupation à l'instant, c'était cette future Moisson. En réalité, j'en faisais tout simplement abstraction. Enfin j'essayais. Après, chacun avait sa méthode pour décompresser les jours précédents le tirage au sort. Moi je faisais une longue chasse, et ce tous les ans depuis mes douze ans. Mon père avait appelé ça la 'dernière chasse', et c'était devenu une sorte de tradition. Le but de cette traque au gros gibier était principalement de vivre ça comme un dernier moment de liberté, au cas où on ne revienne pas de la Moisson. Cependant, c'était la première du genre que je passais seule, et je devais avouer que c'était étrange comme sensation. Il y a encore un an, j'étais avec Jeremiah, et aujourd'hui... Seul Blackbeard mon berger allemand m'accompagnait.

Souvent lors de ces chasses de la dernière chance, nous nous retrouvions assez loin du district, l'exception n'étant pas prévue pour tout de suite, j'étais arrivée à la frontière du 03. Oh ce n'était pas la première fois que je me retrouvais dans le coin, j'étais déjà allée beaucoup plus loin, mais je crois bien n'avoir jamais dépassé le 12. Mais qu'importe. Cette chasse était de toute manière la dernière du genre, et ce quoi qu'il arrive. Que je sois ou non tirée au sort, je ne ferais plus de 'dernière chasse'. Oui, après tout, après cette Moisson, je serai tranquille, et n'aurait plus à m'inquiéter de mon sort pour la suite. Après ces Jeux, j'avais tout simplement décidé de me joindre aux rebelles, et de participer activement à leur petite guerilla contre le Capitole. Si j'en avais l'occasion tout du moins. Oui, c'était ça aussi vivre à Panem. Un avenir rempli d'incertitudes, et d’espérances futiles.

J'avais du mal avec ce cerf. Sûrement à cause du fait que les Jeux approchaient, et qu'à mesure que le temps passait, je me sentais de plus en plus mal dans ma peau. Mes pas avaient finis par me conduire à la limite du district 3, à quelques mètres à peine de la grille de délimitation. Cependant, je faisais particulièrement attention à ne pas me montrer, je savais à quel point je pourrai avoir des problèmes si on me trouvait ici, aussi loin de mon district d'origine. Surtout que d'après ce que j'avais entendu, les Pacificateurs du coin, étaient loin d'être des tendres. Mais bref. J'étais près d'un arbre, et regardais attentivement les traces au sol. Fraîches, il ne devait plus être très loin. J'envoyais Blackbeard devant, et pris quelques secondes pour boire un peu. Le temps que je remette ma gourde à ma ceinture, mon chien était déjà loin devant, et je ne le voyais déjà plus. Avec un soupir, je m'apprêtais à le rejoindre quand une chose tout à fait inattendue se passa. Un bras à la prise puissante vint m'attraper par la gorge, m'empêchant par la même occasion de bouger, respirer et crier. Merde merde merde !! me dis-je alors. « Tu te souviens de moi ? » me susurra-t-on au creux de l'oreille. En reconnaissant cette voix, mon sang se figea dans mes veines, et je tentais de me débattre de plus belle, peine perdue. Pour mon plus grand malheur, je venais de tomber sur ce psychopathe de Pacificateur qui avait bien faillit me rendre manchote la dernière fois que nos chemins s'étaient croisés. Bon, d'accord, j'exagère un peu, mais à peine. D'ailleurs, la balafre sur mon avant-bras gauche pouvait en témoigner. Ce type m'avait attrapée alors que je braconnais hors des limites de mon district, mais plutôt qu'une exécution sur la grand place, il avait prit son pied en me tailladant le bras. Heureusement pour moi, Blackbeard était intervenu, et j'avais pu m'enfuir. Sauf que cette fois, il était trop loin pour venir me sauver la mise, et le pire dans tout ça, c'était que je commençais sérieusement à suffoquer. Il allait sûrement m'achever ici, et laisserait mon cadavre en pâture aux bêtes sauvage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:16

    Tenant toujours la jeune femme fermement serrée contre moi en l'empêchant de respirer un maximum, je savourais l'avantage que j'avais sur ma victime. Je pouvais sentir son coeur s'accélérait de plus en plus sous ma pression, et je décidai de m'amuser un peu avec elle. Je desserrais légèrement mon bras pour lui laisser reprendre un peu d'oxygène, afin de lui laisser une chance de croire qu'elle pourrait s'en sortir. La dernière fois, elle avait pu repartir vivante, mais ça ne sera pas ainsi cette fois-ci. Il faudrait vraiment une bonne raison pour ne pas que je l'achève. La jeune femme a vraiment eu de la chance que la chasse soit autorisée dans son district. S'il y a bien une chose que je déteste chez les habitants des districts, c'est quand ils décident de voler ou chasser de la nourriture pour leur petit plaisir. Je l'avais déjà aperçue dans le district neuf à plusieurs reprises, durant ses parties de chasse. J'espérai secrètement pouvoir l'a surprendre hors des limites de son district, afin de pouvoir enfin passer mes nerfs sur elle. Et cela était arrivé déjà une fois. J'avais décidé de ne pas l'a mettre en pâture sur la grande place, mais de m'amuser avec elle discrètement. Malheureusement, j'avais été interrompu avant de passer aux choses sérieuses et la demoiselle avait profité de l'instant pour s'enfuir. Tout ce que j'avais pu faire, c'était de lui tailladé l'avant-bras gauche à l'aide de mon fidèle couteau.

    J'attendis qu'elle reprenne deux ou trois bouffées d'oxygène et je serrai à nouveau mon bras autour de son cou. J'observai son bras, sur lequel j'avais laissé mon emprunte. La cicatrice était toujours bien présente sur son avant-bras gauche. Je ne pus retenir un sourire en voyant cela. Au moins, elle n'était pas prête de m'oublier. Elle essaya de se débattre, ce qui était ridicule vu la force dont je fais preuve. « Bonjour, mademoiselle Harper. Puis-je t'appeler Kathleen ? Après tout, on est intimes, non ? » murmurai-je à son oreille tout en caressant la cicatrice sur son avant-bras. Et oui, je savais qui elle était. Je m'étais renseignée sur cette jeune femme, puisque cela faisant quelques temps que je l'avais dans le collimateur. Désormais, elle était fixée. Je savais très bien qui elle était, où elle vivait et qui sont ses proches. « Tu sais que c'est illégal de te promener hors de ton district ? » dis-je en sortant mon couteau de ma poche arrière. J'avais des idées pleins la tête concernant le traitement que j'allais lui infliger. Nous étions seuls après tout, j'étais libre de faire ce que je voulais d'elle. Et puis, si on retrouvait son corps, j'aurais une bonne excuse. Elle est hors de son district, ce qui en temps normal mérite une mort immédiate. « Et si nous reprenions là où nous nous sommes arrêtés la dernière fois ? » lui demandai-je en plantant légèrement mon couteau sur sa tempe. Je descendis ensuite le couteau jusqu'à sa gorge, en faisant bien attention au passage d'effleurer le plus possible son visage. « À moins que tu ailles une bonne raison pour que je t'épargne. » On ne sait jamais, elle a peut-être un compromis intéressant à me proposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:16

« Super. Non vraiment, je crois que je ne pouvais rêver mieux comme dernière chasse. Je vous assure que c'est beaucoup plus amusant de tomber sur un boucher de Pacificateur que sur un énorme cerf. D'ailleurs, vous devriez essayer un de ces quatre, je suis sûre et certaine que vous vous amuseriez bien. Merde, je commençais sérieusement à suffoquer là, d'ici peu de temps, j'allais manquer d'oxygène si ça continuait... Ah bein non. Visiblement, il avait décidé de me laisser vivre. Alors qu'il desserrait sa prise, j'en profitais pour respirer comme si chaque inspiration était la dernière -ce qui, en vue de mon actuelle situation était bien parti pour. Alors qu'il resserrait de nouveau son bras autour de ma gorge, j'essayais tant bien que mal de me dégager, plantant mes ongles dans son avant-bras, mais en vain. « Bonjour, mademoiselle Harper. Puis-je t'appeler Kathleen ? Après tout, on est intimes, non ? » me dit-il en s'attardant sur ma cicatrice à l'avant bras, il avait l'air heureux de la retrouver celle-là tiens. Merde !! Il connaissait mon nom ! Comment ? Ah oui, j'oubliais... Il était Pacificateur. Avec peine, je parvins à grogner quelque chose comme ; « Laissez moi partir ! » Bon, demande inutile au possible, mais c'était plus pour la forme à vrai dire. Mais il va me lâcher bordel de... « Tu sais que c'est illégal de te promener hors de ton district ? » encore une fois, je du faire un effort pour parler, desserrant sa prise du mieux que je pouvais. « Vraiment ? Heureusement que vous êtes là pour me le dire alors ! Si je vois quelqu'un en dehors de son district je ferais passer le mot ! » parvins-je à articuler, sans omettre mon ton sarcastique. Il allait me buter de toute manière, alors au diable les politesses et la déliatesse ! « Et si nous reprenions là où nous nous sommes arrêtés la dernière fois ? » me questionna-t-il en posant la pointe de son couteau sur ma tempe, ah le revoilà celui-là ! « C'est gentil de proposer mais... » je grimaçais et réprimais un grognement tandis qu'il laissait glisser son arme blanche le long de mon visage. Super, comme si j'avais pas assez de cicatrices comme ça ! « Bordel mais lâchez moi ! » m'exclamai-je en me débattant plus que jamais, au risque de provoquer un accident de couteau supplémentaire. « À moins que tu ailles une bonne raison pour que je t'épargne. » Mais il était trop louche ce type décidément ! Il voulait négocier maintenant ? « Vous ne priveriez tout de même pas mon district d'un potentiel tribut ? Je suis sûre que vous vous en voudriez. » répliquais-je avec hargne. Blackbeard où es-tu mon chien ? Si tu dois intervenir, ça serait bien genre maintenant... « Qu'est-ce que vous me voulez ? Me charcuter comme une simple pièce de viande ? Ca serait pas plus simple de m'emmener être exécutée sur la grand place, vous gagneriez un temps considérable, et vous éviteriez de vous salir ! » sifflais-je entre mes dents, tout en essayant encore et toujours de me dégager de là. Je n'étais même pas sûre que le provoquer était une si brillante idée... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:16

    La demoiselle essayait tant bien que mal de se dégager, ce qui avait plus l’air pathétique qu’autre chose. Avec ses quarante kilos tout mouillés, elle ressemblait plus à une gamine faisant une crise pour avoir un jouet plutôt qu’à une adolescente qui essayait de s’échapper des griffes d’un pacificateur. Elle me planta ses ongles dans l’avant-bras, laissant une petite marque qui s’effaça au bout de quelques secondes. Qu’est-ce qu’elle croyait en faisant ça ? Que j’allais partir en courant en agitant les mains de tous les en sens en criant ‘’oh mon dieu j’ai un ongle dans le braaaaas’’ ? De plus en plus pathétique la petite, ce qui n’était pas pour me déranger.

    « Laissez moi partir ! » à cette demande désespérée, je crus m’étouffer tellement la blague était drôle. Elle était sérieuse la pauvre fille ? Bon, après tout, ne dit-on pas que l’espoir fait vivre ? Ah, j’oublie, elle ne risque pas de vivre encore longtemps. De plus, avec sa petite voix à peine audible, elle pensait sérieusement avoir l’air impressionnante ? « Pardon ? Tu peux répéter, j’ai pas bien entendu. » rigolai-je, toujours en la tenant serrée contre moi. « Vraiment ? Heureusement que vous êtes là pour me le dire alors ! Si je vois quelqu'un en dehors de son district je ferais passer le mot ! » Mais de mieux en mieux. Elle a fait l’école de rire ? « Tu risques de ne revoir personne après aujourd’hui, donc inutile de faire passer le mot, je pense. » lui répondis-je, aussi ironiquement qu’elle l’avait fait. Quand je fis passer ma lame de couteau sur son visage, Kathleen commença à se débattre, un peu plus sérieusement que la première fois. Enfin, elle me montrait ce qu’elle avait dans le ventre, c’était pas trop tôt. Cependant, elle restait toujours faible face à moi et se débattre ne servait à rien, étant donné que je n’étais pas prêt à lâcher prise maintenant.

    « Vous ne priveriez tout de même pas mon district d'un potentiel tribut ? Je suis sûre que vous vous en voudriez. » Touché ! À vrai dire, c’était la seule chose intéressante qu’elle avait dit de toute la rencontre. Comme quoi, la colère lui réussissait plutôt bien. Elle n’avait pas tort la petite, ce serait bien dommage de priver les jeux d’un tribut, surtout d’un tribut aussi hargneux qu’elle. C’est vrai après tout, elle deviendrait presque intéressante si elle se retrouve dans l’arène. Avec une concurrente ainsi dans les jeux, je serais presque fixé sur ma télévision juste pour la voir massacrer ses camarades. « Tu marques un point. » Mais bon, après tout, je peux la torturer un petit peu, si elle vient à être choisie comme tribut elle aura ainsi un minimum d'expérience en la matière. « Qu'est-ce que vous me voulez ? Me charcuter comme une simple pièce de viande ? Ca serait pas plus simple de m'emmener être exécutée sur la grand place, vous gagneriez un temps considérable, et vous éviteriez de vous salir ! » Je ne pus m’empêcher de laisser échapper un rire, elle faisait tellement pitié avec sa petite voix étouffée ainsi qu’avec son imitation de rebelle. Kathleen était comique dans une autre vie, c’est évident. « Oh t'inquiète pas, j'ai pas peur de me salir les mains. » Après tout, mes mains étaient souillées du sang d'autres êtres humains depuis des années, alors une goutte de plus ou de moins, ça n'allait pas changer ma vie. . « Et puis, c'est plus intéressant de t'exécuter en petit comité. » En l'occurrence, le petit comité n'était composé que de ma présence, mais c'était nettement suffisant, non ? J'avais l'honneur de m'amuser avec elle, mais également d'être spectateur à sa petite crise de fausse rebelle. « Je dois t'avouer que j'ai passé une dure journée, et que tu es tombée pile au bon moment pour me divertir. » répliquais-je, faisant faire le chemin inverse à mon couteau et remontant ainsi vers sa tempe. « C'est quand même bien dommage d'être venue chasser seule, non ? » En scrutant les alentours, il n'y avait personne, j'en avais déduis que la jeune femme était venue faire sa promenade hors de son district seule. Si elle était accompagnée, son compagnon ne semblait pas pressé de venir lui porter secours. « Je te fais une faveur. Tu as une dernière volonté ? » et oui, il faut parfois montrer un peu de gentillesse dans son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:17

« J'avais beau me débattre, et j'avais même essayé de lui demander gentiment, mais non, il refusait toujours de me laisser partir. Il avait bien de la chance que mes dents soient à bonne distance de son bras, sans quoi je ne donnais pas cher du morceau de peau que j'aurai pu lui arracher. Oui, je l'aurai fait, d'ailleurs j'ai bien essayé mais je ne suis pas fière du résultat puisqu'au final ça n'a strictement servit à rien. Tout comme ma malheureuse tentative de coups d'ongles. Bon, à noter pour la prochaine fois, me les limer en pointe pour plus d'efficacité. « Pardon ? Tu peux répéter, j’ai pas bien entendu. » Bein faut se laver les oreilles mon coco alors ! Ou je sais pas, achète toi des prothèses auditives, paraît que c'est super efficace pour les gars de ton âge, en plus avec ton salaire de Pacificateur, tu devrais avoir les moyens. Non mais là il me serrais trop pour que je puisse répéter quoi que ce soit de toute manière.
« Tu risques de ne revoir personne après aujourd’hui, donc inutile de faire passer le mot, je pense. » Haaaa mais non mon ami, je ne compte pas me laisser faire ! Je lâchais un énième grognement en guise de réponse, tandis que mon frêle corps s'activait à essayer de prendre la fuite. Ça devait être comique à voir de loin, moi qui me débattait comme un beau diable, et lui qui me tenait d'un bras. Limite il aurait eu un livre et une tasse de café dans l'autre main que le résultat aurait été tout aussi pitoyable. Pauvre de moi, dans quoi m'étais-je encore fourré ? Mais en même temps ma vie ne serait pas aussi drôle et palpitante si je respectais ne serait-ce qu'un tout petit peu les règles. Ah mais non. En fait, ma vie elle était vraiment à chier. J'étais orpheline, et les seuls proches que j'avais pu avoir, étaient morts. Ou alors je ne leur adressais plus la parole, ce qui au final était plus ou moins pareil dans mon esprit. Au moins en me tuant tout de suite, il m'évitait bien d'autres souffrances, et en plus cela ravirait mes chers voisins. Au final tout le monde y gagnait. Enfin plus ou moins... « Tu marques un point. » Oui ? Alors tu vas me laisser vivre du coup ? J'ai gagné le droit de rentrer chez moi ? Non ? Peut-être ? Fourbe que tu es. « J'aurai une petite pensée pour vous si je suis Moissonnée. Promis. » Mais enfin Kate ! Qu'est-ce que tu raconte là ? « Oh t'inquiète pas, j'ai pas peur de me salir les mains. » Bizarrement je m'y attendais à celle là. Et cela ne me surpris guère non plus d'ailleurs. Allez donc savoir pourquoi... « Et puis, c'est plus intéressant de t'exécuter en petit comité. » Oui bien entendu, avec pour seuls témoins les écureuils du coin, dont personne ne pourrait extraire la moindre information quant à ce qu'il s'était passé ici. Fourbes qu'ils étaient, ces témoins pervers qui jamais ne parleraient. Ça t'arrange bien hein que seuls ces satanés rongeurs te voient m'arracher la peau du visage avant de m'achever ? « Je dois t'avouer que j'ai passé une dure journée, et que tu es tombée pile au bon moment pour me divertir. » me dit-il en repassant la coupure qu'il venait de m'infliger en sens inverse. Malheureux ! S'il continuait comme ça, il allait me transformer en Scarface ! Déjà qu'avec toutes mes mésaventures, j'étais loin d'avoir encore une peau de bébé... Le pire, c'est que vu la taille et l'endroit de ce que serait cette future cicatrice, elle risquait d'être difficile à cacher. En voyant ça, madame Keynes allait encore me sermonner pendant que je plaiderai à l'écureuil enragé pour cette vilaine blessure, histoire de passer outre ma malencontreuse rencontre avec cet énergumène de Pacificateur. C'était bien ma veine. En plus, moi je n'avais trouvé personne à éborgner contrairement à lui, alors autant dire que j'avais passé une mauvaise journée aussi. Même si c'était loin d'être terminé. « C'est quand même bien dommage d'être venue chasser seule, non ? » Oui comme il dit. Surtout que si mon compagnon à quatre pattes ne se montrait pas dans les secondes à suivre, je risquais fort de me retrouver comme engrais pour les plantes alentours. Sérieusement, je commençais à désespérer. « Tout dépend pour qui. » Oui, genre dommage pour moi d'avoir laissé Black' partir vadrouiller seul devant, ou pour lui qui ne savait pas qu'en réalité j'étais accompagnée par mon plus fervent défenseur ? Intérieurement, je priais pour que mon chien n'arrive dans les secondes à venir, je l'appelais de toute mes forces à l'aide de mon esprit, lui promettant maintes récompenses s'il arrivait dans l'instant. Oui, je pouvais paraître barge là, mais à vrai dire, quand on en était aux derniers recours plus grand chose n'avait la moindre importance à vrai dire. Non je n'étais pas encore résignée à mourir, mais il fallait avouer que j'étais actuellement bien mal emmanchée. Je tentais un énième coup de force, mais toujours inutilement. Je soupirais en me demandant combien de temps il me restait à vivre. « Je te fais une faveur. Tu as une dernière volonté ? » J'allais répliquer quelque chose du genre 'dites à ma famille que je les aime', mais un grognement sourd derrière nous m'arracha un ricanement. Il n'avait sérieusement pas remarqué que nous n'étions plus seuls ? Vraiment pour un soit-disant expert Pacificateur, il n'était pas des plus efficaces là. Intérieurement, je remerciais mon chien d'être intervenu maintenant. Ca faisait plutôt tomber sa dernière phrase à l'eau... A croire qu'il avait écouté toute la conversation pour trouver le meilleur moment afin d'intervenir dans les règles de l'art. Brave bête. « Vous pourriez par exemple me laisser partir si vous tenez à votre jugulaire. » Oui, car Blackbeard avait beau être derrière, une fois qu'il lui aurait arraché un morceau de mollet, il allait s'attaquer à la gorge directement. Du moins je l'espérais. Ce chien n'était pas du genre méchant, mais dès qu'il sentait une menace quelconque planer autour de moi, il n'hésitait pas à intervenir en sortant les crocs. Avant que quiconque ait pu réagir, Black' s'élança et vint mordre la jambe du Pacificateur, sans s'arrêter de grogner. Je profitais de cet instant pour donner un coup de coude dans l'estomac du sadique, aussi fort que me permettaient mes forces. Plus sous l'effet de la surprise je pense, il relâcha enfin son étreinte, ce qui me permis de me dégager, et de m'éloigner de quelques pas avant de me retourner. Je ne devais pas oublier qu'il avait toujours son couteau, et que cette fois c'était Blackbeard qui risquait de s'en prendre un coup. Rapidement, j'attrapais une pierre au sol et l'envoyait sur le crâne du Pacificateur tout en sifflant mon chien qui tira un coup sec sur la botte de mon agresseur. Ainsi sonné, je ne doutais pas qu'il tombe, mais j'avais décidé que je ne serais plus là pour le voir. Je fis volte-face, ramassais mon arbalète et commençais à courir dans les profondeurs des bois, mon chien sur les talons. Je devais profiter de la confusion générale pour mettre le plus de distance possible entre Crowley et ma petite personne. Dieu que je bénissais ce chien, dès que je serai de retour chez moi, je lui construirai un temple et il aura double ration de viande jusqu'à la fin de sa vie. Comme quoi, la télépathie avec mon chien, bein ça marche ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:17

    La jeune femme n'avait toujours pas compris que cela ne servait strictement à rien de se débattre. J'avais déjà eu affaire à bien plus fort qu'elle et même eux n'était pas arrivé à me faire lâcher prise. Cela n'empêche pas que ça me faisait extrêmement plaisir de me sentir supérieur à la demoiselle. J'avais sa vie entre mes mains. Et oui, si je voulais, je pouvais lui briser la nuque en une fraction de secondes. J'ai l'habitude, après tout. Kathleen n'émettait que des grognements, ce qui me fit rire. Elle était tellement inférieure à moi, que cela en était presque drôle. « J'aurai une petite pensée pour vous si je suis Moissonnée. Promis. » Il y a plus qu'à espérer que ce soit le cas, juste pour qu'elle se souvienne de moi, gentil pacificateur qu'elle a croisé sur sa route. Ah oui, mais pour cela il faudrait que je lui laisse la vie sauve.. Hum, on verra selon mon humeur. Je rapprochai mes lèvres de son oreille. « Quelle délicate attention. » lui murmurais-je. « Je te remercie. » ajoutai-je en effleurant délicatement son cou avec mes lèvres. « Tout dépend pour qui. » Qu'insinuait-elle en disant cela ? Elle était pourtant venue seule, du moins il me semblait. Puis bon, si elle était accompagnée de quelqu'un, celui-ci devait avoir dégagé depuis un moment. Au pire, elle avait amené un collègue avec elle, un poids plume que je dégagerais rapidement. Je ne lui répondis pas, me contentant simplement d'esquisser un sourire.

    « Vous pourriez par exemple me laisser partir si vous tenez à votre jugulaire. » Décidément, sur toutes les personnes dont je m'étais occupée en tant que pacificateur, la jeune Kathleen Harper était la plus drôle. Elle rendait le moment d'autant plus agréable avec son répondant. Franchement, c'était presque dommage de priver Panem d'une jeune femme comme elle. Sur la centaine de personnes ayant passé entre mes griffes, elle sera probablement celle que je vais regretter le plus. Un tel humour, c'est plutôt rare c'est les jeunes gens. Ils sont tous à moitié dépressif, pleurant en écoutant des chansons tristes à se lamenter en disant ''on va tous mourir''. Non vraiment, Kathleen était différente. D'ailleurs, pour me provoquer en me disant si je tenais à ma jugulaire, elle me montrait une nouvelle fois qu'elle était vraiment spéciale. Elle croyait sérieusement que j'allais la laisser partir parce qu'elle tente une menace ? Je laissai, une nouvelle fois, un rire s'échapper de ma bouche. Cependant, je ne mis pas long à comprendre sa provocation. Son satané clébard me sauta dessus avant même que je puisse répondre à sa maîtresse, m'arrachant un bout de mon pantalon et de ma peau. Je n'eus le temps de réagir que la jeune femme m'envoya un sacré coup de coude dans l'abdomen. Je desserrai ma prise, avant de me plier en deux, plus sous l'effet de la surprise que de la douleur. J'en avais déjà fait couler des litres de sang, ainsi que des plaies toutes plus horribles que les autres. Ce n'était pas un malheureux bout de mollet arraché et une côte cassée qui allait m'achever. Kathleen avait de la chance, elle n'allait pas rendre son dernier soupir aujourd'hui, mais son chien oui. Je sortis doucement mon couteau de ma poche, mais c'était sans compter la jeune femme qui semblait deviner ce que j'allais faire. Je n'avais pas encore sorti totalement mon couteau qu'elle m'envoya une pierre sur le crâne. Dommage pour elle, mon attention se portait de nouveau sur elle. Son chien m'arracha une de mes bottes et ils partirent en direction de la forêt. Bien qu'étant à terre, la douleur n'était pas insupportable, loin de là. Durant la formation de pacificateur, j'avais été en bien plus mauvais état. Si elle croyait que m'assommer légèrement avec une pierre allait m'empêcher de lui courir après, elle se met le doigt dans l'oeil. En soulevant légèrement mon t-shirt, j'aperçus que son coude m'avait laissé une petite marque, à défaut de m'avoir fait mal. Quant à mon mollet, je ne saignais pas abondamment, la douleur était comparable à une simple irritation. La seule chose qui pouvait me ralentir, c'était le mal de tête dû à la pierre. En effleurant ma tempe à l'aide de deux doigts, je me rendis compte qu'un liquide chaud me coulait le long de la joue. Pas de quoi me perturbé, je n'allais pas faire une hémorragie. J'enfilai ma botte en quelques secondes et me relevai le plus vite possible. Je pouvais encore apercevoir Kathleen et son chien au loin, mais elle avait déjà pris de l'avance. La jeune femme m'avait mis dans une telle colère que malgré mon léger étourdissement, je n'allais pas la laisser s'en sortir ainsi. Serrant les dents, je me mis immédiatement à sa poursuite.

    Nous étions toujours seuls dans les bois, j'avais donc aucun scrupule à utiliser mon arme à feu. Et oui, elle ne l'avait pas vu venir celle-là. Kathleen ne m'avait vu qu'avec mon couteau, mais je m'étais occupé d'un homme quelques minutes avant notre rencontre en l'abattant d'une balle dans la tête. Courant après la jeune femme, je l'avais toujours à portée de vue. Je n'hésitai pas une seconde et sortit mon arme pour tirer à quelques millimètres de sa tête, la balle venant se planter dans un arbre. Je ne lui avais pas tiré directement dessus, préférant simplement lui faire comprendre que je n'étais pas loin et que je n'allais pas lâcher prise. Je gardai mes autres balles pour son chien. Cependant, elle disparut derrière un arbre et je ne la voyais plus. Il était impossible qu'elle soit partie dans une autre direction, je l'aurais aperçue sinon. Je n'avais aucun doute sur le fait qu'elle s'était cachée. M'arrêtant net, je regardai autour de moi. Elle n'était pas loin, sûrement derrière un rocher ou perchée dans un arbre. Elle pouvait très bien partir pour une autre course-poursuite, j'étais prêt. Malgré tout, cet arrêt me permis de reprendre mon souffle, ce qui était loin de me déranger. « Allez, montre-toi, ma jolie. » Dis-je en tournant sur moi-même, en scrutant les horizons. De toute manière, son chien allait probablement refaire un grognement dans peu de temps. On ne peut jamais les faire taire ces petites bêtes. « Si tu sors de ta cachette maintenant, je te ferais la faveur de t'abattre rapidement. » Voilà que je commençais à négocier avec elle. Le coup qu’elle m’avait donné sur la tête me faisait vraiment dire n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:17

« Mais pourquoi je lui avais fit cette promesse ? Franchement, à quoi je pensais à ce moment là ? Tout ce que je risquais de faire, c'était flatter son égaux, et lui donner ce qu'il voulait. De plus, j'étais quasiment persuadée que les noms ds tributs étaient en réalité décidés bien avant le tirage au sort, histoire de se débarrasser des gêneurs. Si ça se trouvait, en rentrant chez lui après m'avoir foutu la misère, il allait contacter ses supérieurs et demander l'ajout de mon nom à la liste de cette année. Bien joué Kathleen, bravoooo. « Quelle délicate attention. » demanda-t-il ensuite. « N'est-ce pas ? » Il fallait avouer que là, j'étais vraiment trop bonne avec lui. A croire qu'on était potes... Enfin... « Je te remercie. » Oui bon, des potes mais pas au point d'avoir des manières pareilles entre nous. J'avais déjà horreur qu'on me touche en temps normal, ce n'était pas pour accepter qu'une pourriture de Pacificateur ne vienne poser ses lèvres dans mon cou. Peut-être que les femmes du Capitole appréciaient ce genre de manières, mais ce n'était clairement pas mon cas. Un frisson assez violent me parcouru l'échine, et j'écartais mon cou de sa bouche du mieux que je pu.

Enfin... Chouette, il serait heureux si jamais je venais à être sélectionnée. Mais en fait, j'avais pas tellement envie de jouer plus longtemps avec lui. A vrai dire, le fait qu'il ne soit par terre m'arrangeait bien, et il était inutile de dire que je n'avais pas hésité un seul instant avant de prendre mes jambes à mon cou. Après tout, j'allais pas à la chasse aux papillons et dans cette course poursuite, je jouais ma vie. Parce que oui, j'étais sûre et certaine que ce type allait se lancer à ma poursuite, et qu'il allait essayer de me faire la peau. Le souffle court, la respiration saccadée et douloureuse d'avoir couru autant en si peu de temps, je slalomais de plus en plus difficilement entre les arbres, qui semblaient là uniquement pour me barrer la route. Au passage, les branches nues griffaient mon visage, mes avant-bras, et chaque parcelle de peau qui dépassait de mes vêtements. J'allais vraiment finir par sortir avec une côte de mailles intégrale à force d'être blessée partout. Et c'est ainsi que, tels Bip-bip et Vil Coyote, ce fourbe de Pacificateur tentait de me rattraper pour me dézinguer, et moi je me le devançais habilement pour ne pas devenir son quatre heures. Un peu plus loin devant moi, courait mon cher Blackbeard. A plusieurs reprises, je manquais de trébucher, mais me rattrapais toujours de justesse. En revanche, j'avais totalement oublié que les Pacificateurs avaient des armes à feu, et qu'il était beaucoup plus facile de s'en servir avec une 'raison valable'. C'est ainsi qu'au premier coup de feu qui me manqua de peu, il fallait l'avouer, je me jetais en avant, accomplissant une roulade d'esquive. Geste idiot certes, mais réflexe utile dans ces conditions. Si je continuais à courir à découvert de la sorte, il allait m'abattre sans aucun état d'âme, j'en étais certaine. Je n'avais malheureusement pas la chance de connaître cette partie de la forêt, ce qui jouait plus ou moins en mon désavantage. Avant qu'il ne recommence à faire jouer du canon et n''ayant ni le temps ni la force de grimper au sommet d'un arbre, je me jetais littéralement derrière un énorme tronc d'arbre mort qui gisait sur le côté, espérant ainsi disparaître de son champ de vision. Je passais également mon bras autour de Black, lui tenant fermement la gueule fermée histoire d'éviter le moindre bruit qui aurait pu m'être fatal. De même, j'essayais de calmer ma respiration haletante, et priais de toutes mes forces pour qu'il ne me retrouve pas. « Allez, montre-toi, ma jolie. » Ouiiii bien sûr ! Comme si j'allais sortir de ma cachette en faisant de grands signes et en gueulant « Coucou grand fou ! Je suis ici ! Attrapes moi si tu peux ! » pour ensuite repartir en courant tel Laura Ingalls dans la prairie derrière sa petite maison. Non mais il était pas sérieux là quand même ? « Si tu sors de ta cachette maintenant, je te ferais la faveur de t'abattre rapidement. » Bein oui voilà autre chose maintenant. Il me pensait vraiment si stupide que ça pour gober un truc pareil ? Je vous l'accorde, j'étais loin d'être une lumière, mais il y avait des limites quant à ma stupidité tout de même... Il m'avait pourtant semblé avoir exprimé mon désir de survie assez explicitement jusqu'à maintenant, non ? J'adressais un regard dur à mon chien, lui faisant plus ou moins comprendre qu'il ne devait pas émettre un seul bruit, après quoi, je relâchait mon emprise sur lui. Après avoir repris mon souffle, je resserrais ma prise sur mon arbalète tout en réfléchissant à la meilleure chose à faire. Si je me remettais à m'enfuir, je doutais fort qu'il me rate à nouveau avec son revolver. Avec un peu de chance, j'arriverai à lui planter un de mes carreaux entre les omoplates avant qu'il ne puisse réagir. Et puis, quitte à crever ici et maintenant, autant le faire en faisant face à mon ennemi, plutôt qu'en tant que lâche. Lentement, j'armais mon arbalète, avant de me redresser vivement, tenant mon ennemie en joug. Lui me visait avec son arme, et moi avec la mienne. Je doutais fort de pouvoir le tuer avant qu'il ne le fasse avec ma propre personne, mais s'il tirait, j'aurai tout de même le temps de lui tirer dessus. Je le toisais, le regard déterminé et prête à agir au moindre signe de menace. « On dirait bien que nous sommes dans une impasse. » dis-je alors sur un ton de défis. Maintenant, ça serait à celui qui tiendrait la position le plus longtemps possible. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:18

    La jeune femme n’appréciait pas le contact rapproché de mes lèvres sur son cou. Parfait, tout à fait ce que je souhaitais. La dégouter avant de l’achever. Elle baisserait ainsi sa garde, ce qui m’avantagerait. Maintenant, elle me voyait comme un pervers. Un pervers canon, cela va de soi. Durant la course-poursuite, je pus remarquer que je n’étais pas rouillé. Le tir qui effleura la demoiselle fit son effet. Elle se roula par terre, disparaissant de mon champ de vision. Qu’importe, mon objectif était accompli : l’empêcher de continuer sa course. Ainsi, je n’avais pas à me fatiguer plus longtemps. Je passais en marchant à côté de l’impact de balle sur l’arbre, l’effleurant d’un revers de main, un sourire satisfait figé sur mon visage. Si seulement c’était sa tête. Resserrant mes doigts en point, je frappai contre l’arbre de toutes mes forces. Je devais l’attraper. Je devais la tuer. De ma main libre, je sortis une cigarette à moitié écrasé de ma poche. Le canon de mon arme à feu était encore fumant et j’approchai ma cigarette de son embout. Elle s’alluma instantanément. Je portai ce poison à ma bouche, tirant une longue et agréable latte dessus. Si seulement cela pouvait calmer ma soif de sadisme. J’entrouvris les lèvres pour laisser échapper la fumée chaude qui me brulait la gorge. Je tournais en rond quelques minutes, attendant la réponse de la jeune femme. C’était silencieux, trop silencieux. Je commençais à douter que Kathleen était dans les parages. Non, non, elle y était, c’était évident. L’odeur de peur régnait dans l’air. Elle sortirait de sa cachette, je m’amuserais avec elle, je l’achèverais.

    En une fraction de seconde, la jeune femme apparut devant moi. J'avais eu à peine le temps de la voir déboulé. Quoi qu'il en soit, elle se tenait face à moi, arbalète au point, me visant avec toute sa colère. « On dirait bien que nous sommes dans une impasse. » me dit-elle. Effectivement. Tiens, elle était maligne quand elle le voulait. J'avais l'impression que ses yeux allaient lui sortir des orbites. Cela n'allait cependant pas me faire lâcher prise. Je lui résisterais, quitte à y passer des heures. J'avais toute la journée. Et je dois dire que l'homme que j'ai abattu plus tôt n'avait pas totalement calmé ma soif de sang de la journée. Certains ont besoin de café pour mieux profiter de la journée, et moi j'ai besoin d'être sadique. J'avais envie de sang, j'avais besoin d'être cruel. Comme un besoin vital. Kathleen m'avait mis l'eau à la bouche et je ne comptais pas m'arrêter maintenant. Je ne devais pas faire les choses à moitié. Sang. Mort. Ces mots s'affichaient dans ma tête, clignotant en rouge vif sur un fond noir. Si notre rencontre était un documentaire animalier, je serais probablement le lion prêt à sauter sur la gazelle. Vif, rapide. Avec sa petite arbalète ridicule, Kathleen se berçait d'illusions. Croyait-elle sincèrement pouvoir me blesser ne serais-ce qu'un minimum pour s'échapper ? Pitoyable. Pathétique même. Durant ma formation de pacificateur, j'y avais laissé, du sang. Plus que ce que je pensais contenir dans mon corps. Ainsi, un petit carreau d'arbalète dans les omoplates, le visage, le genou ou n'importe où d'ailleurs, se rapprocherait plus de la simple chatouille que de la grande blessure de guerre. Mon regard était rempli de haine, les veines de mon front saillantes et ma respiration était haletante dû à l'excitation du moment. Kathleen, ôh jolie Kathleen, adversaire d'un jour tellement appréciée. Ma main droite, celle tenant mon revolver trente ans d'âge que j'avais depuis deux décennies, était pointée en direction de la jolie brune. C'était une bonne joueuse, et le moment passé en sa compagnie était fort agréable. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu une adversaire pareille, Kathleen était redoutable. J'aurais parié sur celle-ci, si elle avait fait les hunger games. Oh, mais peut-être allait-elle le faire. Faut que je pense à miser quelques dollars sur elle, si je décide de l'épargner aujourd'hui. Mon bras tendu toujours aussi droit, je dévisageais longuement la jeune femme. « T'es absolument ravissante, mais on ne va pas regarder dans le blanc des yeux durant des heures, tu ne crois pas ? » Dis-je en m'avançant d'un pas. Elle pouvait très bien essayer de me tirer dessus, j'enlèverais le carreau d'un geste rapide. Je voulais de l'action, j'avais besoin d'action. Je commençais à espérer qu'une de ses flèches entre en contact avec ma peau. J'aurais un souvenir de Kathleen, avant de l'abattre. Ainsi, je me remémorais son visage en caressant la cicatrice sur la peau. J'eus un sourire d'excitation, d'impatience. La jeune femme n'était pas décidée à faire le premier pas. Tant mieux. Je tirais une seconde bouffée de cigarette, faisant voltiger la fumée en penchant légèrement la tête. J'agrippais mon arme à feu, et, en une fraction de seconde, je le dirigeai contre le chien de la demoiselle. Je pressai la détente, passant à quelques millimètres de la patte de la bestiole. Le clébard eut quelques grognements, provoqué par le bruit, et disparu entre les arbres. Il reviendrait, j'en étais sûr, mais cela me laissais quelques minutes seul avec sa maîtresse. « Oh, il a pas l'air d'aimer les coups de feu ton clébard. » dis-je en haussant les épaules, tirant une autre bouffée de cigarette. Il me restait quatre balles, que je me ferais un plaisir d'utiliser sur Kathleen. Mon bras était à nouveau tendu en sa direction. Le silence régna en maîtres durant cinq bonnes minutes. J'eus un bâillement, et je soupirai avant de m'adresser à Kate. « Tu sais, on pourrait jouer à un jeu. Je tire une balle, tu tires un carreau, je retire, tu retires et bla, bla, bla. » dis-je en roulant les yeux. « Enfin bref, jusqu'à ce que l'un de nous, en l'occurrence toi joli coeur, rende l'âme. » Je toisais à la jeune femme, un sourire pervers aux lèvres. J'avais envie de lui sauter dessus, l'a roué de coups qu'elle comprenne la leçon. J'avais envie d'avoir son sang sur les mains, de caresser son délicat visage une fois sa respiration stoppée. Quoi que, l'étrangler me paraissait une belle option. Son cou était fin. Mes doigts feraient le tour de sa nuque sans problème. Je pourrais entrer en contact avec sa peau, et même sentir sa dernière expiration sur mes mains. Un souffle froid tellement agréable. Je passai ma langue sur ma lèvre, comme un carnivore face à un steak saignant. « Alors, on joue ? » lui demandai-je, la voix avec une pointe d'impatience. Mon arme toujours dirigé contre elle, j'enclenchai la détente, la balle effleurant sa cuisse, sans pour autant la blesser. À chaque pression de détente, mon coeur s'emballait grâce à l'excitation du moment. Oh, Hunter, quel beau cadeau qu'est Kathleen. Arrivée pile ou bon moment pour m'amuser. Je mordis ma lèvre inférieure, attendant que Kathleen se décide à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
ash'
avatar
Admin

Messages : 776
Date d'inscription : 01/01/2012
Localisation : blablablablablabla

MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   Ven 4 Mai - 10:18

« Je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour ne pas penser que ceci serait ma dernière chasse, que j'aurai la chance d'échapper à la moisson et que je pourrai revenir ici malgré tout. Bien entendu, si ce très cher Pacificateur n'y était plus, c'était parfait, et même plus que ça d'ailleurs. Encore fallait-il que je m'en sorte vivante aujourd'hui. Et vu la manière dont tout c'était enchaîné, j'avais de plus en plus de doutes quant à une possible porte de sortie. Nous étions là à nous toiser l'un l'autre, à attendre que n'importe qui fasse un pas de travers, qui serait passablement fatal. Je faisais en sorte de garder un souffle régulier et calme, mais j'avais le cœur qui battait la chamade. Tant à cause de la petite course poursuite dans la forêt, qu'à cause de l'anxiété provoquée par ce malade. « T'es absolument ravissante, mais on ne va pas regarder dans le blanc des yeux durant des heures, tu ne crois pas ? » dit-il en s'avançant d'un pas. Il avait l'air d'avoir envie de me tester, de savoir jusqu'à quel point je pourrai aller pour sauver ma peau. Raffermissant ma prise sur mon arbalète, je serrais la mâchoire pour ne pas perdre la face. En réalité, j'étais terrifiée à l'idée qu'il puisse me faire du mal, mais je ne ferai pas l'effort de lui montrer. Non, cela serait un trop beau cadeau pour lui, après tout, il n'attendait que ça. Un signe de faiblesse de ma part. « N'approchez pas ! » lançais-je entre mes dents, espérant au plus profond de moi qu'il resterait à l'endroit où il se trouvait, bien que ça soit un peu idiot, il fallait l'avouer. Il jouait avec mes nerfs, et prenait un malin plaisir à me fixer de son air presque pervers. Je le détestais. Il m’écœurait. Lui et tous ses semblables. Ils étaient si méprisables, tous autant qu'ils étaient. Enfin à part quelques exceptions bien entendu. Mais pour le reste... Sans que je m'y attende le moins du monde, le Pacificateur tira une balle dans la direction de mon chien qui continuait à grogner. Black' lâcha un couinement et s'enfuit dans la forêt. Enfoiré ! Saloperie de Pacificateur ! Je ne pouvais pas blâmer mon chien. Aussi fidèle soit-il, il ne pouvait risquer sa peau de la sorte pour moi. Seulement maintenant... J'étais seule. « Oh, il a pas l'air d'aimer les coups de feu ton clébard. » Non sans blague ? Moi non plus j'aime pas trop ça tu sais. « C'est vrai que c'est bizarre tiens. Moi j'adore vraiment ça, je ne comprendrai jamais l'attitude de ce chien, c'est dingue. » Ahaha. Vraiment trop drôle. Dans quoi j'allais encore m'embarquer là ? Il allait me prendre au mot et me tirer dessus, puisque je savais qu'il n'attendait que ça. D'ailleurs. « Tu sais, on pourrait jouer à un jeu. Je tire une balle, tu tires un carreau, je retire, tu retires et bla, bla, bla. » il était vraiment sérieux là ? Question idiote, il l'était depuis le début. Il comptait avoir ma peau aujourd'hui, c'était clair et net. La prochaine fois, je ferai en sorte d'aller moins loin, ça m'évitera bien des problèmes. Surtout qu'avec tout ça, j'avais rien réussi à chasser. Du coup, ça signifiait, rien à vendre au marché noir et automatiquement, rien à acheter. Donc, par addition, rien à manger ce soir. A supposer que je sois toujours en vie d'ici là, parce que j'aurai miraculeusement trouvé un moyen de m'en sortir. « Enfin bref, jusqu'à ce que l'un de nous, en l'occurrence toi joli coeur, rende l'âme. » Je n'avais même pas idée des horreurs auxquelles il pouvait penser. Dans un sens, c'était beaucoup mieux pour moi. « Vous m'avez l'air bien sûr de vous. » dis-je en serrant toujours plus fort la crosse de mon arme. J'en avais mal aux mains tant j'étais crispée dessus depuis tout à l'heure. Que faire ? Lui tirer dessus maintenant reviendrait à signer mon arrêt de mort. Le temps que je recharge mon arbalète, il aurait largement eut le temps de me coller trois balles dans la tête. « Alors, on joue ? » sur le coup, je ne compris pas de tout de suite ce qu'il voulait dire par là. Mais quand il appuya de nouveau sur la détente pour tirer dans ma direction cette fois, tout m'apparut alors soudainement beaucoup plus clair. Un bref cri de stupeur s'échappa de mes lèvres lorsque la balle frôla ma cuisse. Le projectile ne m'avait pas touchée, mais il était passé assez près pour que je puisse en sentir la chaleur sur ma peau. Okay, très bien. Il voulait vraiment faire son stupide jeu. Mais je savais pertinemment que si je répondais à son attaque, paf, plus de Kathleen. Encore que... Vu la manière dont il avait décidé de jouer avec moi, il était presque certain qu'il ne m'achèverait pas tout de suite. Probablement une balle dans la jambe pour que je ne puisse plus m'enfuir, puis après il reviendrait à la charge avec son immonde couteau, et jouerait à l'apprenti boucher pendant que je me viderai de mon sang. Oui, déjà je reconnaissais plus là le genre de personne qu'il était. J'avais beau ne pas le connaître, c'était la seule impression qui se dégageait de lui. En fait, il me flanquait carrément la chair de poule. Un mouvement un peu plus loin dans son dos me fit afficher un sourire en coin. Blackbeard. Il était revenu finalement. « Okay, on joue. Si t'as pas peur de perdre. » lançais-je alors qu'il me dévisageait. Il devait trouver ça drôle, et me croire bien arrogante pour oser lui répondre de la sorte. Seulement, quand un grognement sourd se fit entendre dans son dos, il prit son air agacé, et lança un regard rapide en arrière. Un simple quart de seconde me suffit pour lui décocher un carreau. Un quart de seconde pendant lequel son inattention faillit lui être fatale. Seulement, je me contentais de viser sa main. Celle qui tenait son pistolet. Je n'étais pas une meurtrière après tout. D'accord je prenais d'énormes risques en le laissant en vie, mais je voulais pas devenir un monstre. J'étais incapable de tuer un être humain de sang froid. Le carreau se ficha dans sa main, et tout s’enchaîna très vite alors. Il lâcha son arme, et je fis volte-face pour m'éloigner en courant, talonnée par mon chien qui ne tarda pas à me dépasser. Je n'avais plus aucune envie de m'attarder dans les bois pour la semaine à venir. Le district neuf était encore à quelques kilomètres, et si je voulais un jour y retourner, j'avais tout intérêt à ne pas lambiner en chemin. L'adrénaline m'aidait beaucoup d'ailleurs. Je me sentais pousser des ailes, et j'étais bien décidée à mettre le plus de distance possible entre cet individu et ma propre personne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://icq-test.bb-fr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un chasseur retrouve toujours sa proie ϟ pv kathleen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» mon ordi est t'il toujours proteger ?(résolu)
» Comment afficher toujours la bonne heure sans boucle infini?
» Je reviens toujours au point de départ
» Image de fond extensible avec un logo toujours centrer
» (2786) (469) L'Icône "nouveau message" toujours active - bis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Steps From Hell :: Pré-Jeux-